18 juin, 2018

Sujets philosophie 2018

Très bons textes en série scientifique et en série littéraire.
 En Tl, le texte de Schopenhauer analyse les actions obscures celles dont les motifs nous sont inconnus. Contre le philosophe allemand, je dirais que notre ignorance ne découle pas nécessairement d'un manque de sincérité ou d'un trop  grand égo mais plutôt d'une sorte de division de l'esprit, voire d'une forme de schizophrénie: ainsi, un homme pourrait aimer une femme sans pour autant oublier ses responsabilité à l'égard de ses enfants et une femme pourrait aimer un homme sans vouloir être au second plan. Mais l'analyse psychologique de l'auteur est assez cohérente: une fois que nous maîtrisons la nature de l'obstacle - la peur-  nous nous rendons à l'évidence et nous nous libérons: "mais après coup nous apprenons que la peur seule nous retenait, puisque, une fois tout danger disparu, nous commettons cette action."
https://www.philomag.com/bac-philo/copies-de-reves/schopenhauer-le-monde-comme-volonte-et-comme-representation-1818-28264
 En série S, le texte de JS Mill est d'une grande richesse ! J'espère que mes élèves ont bien compris la nature de la comparaison de l'auteur et la complexité de la vie subjective. Normalement, avec des cours sur la science, la liberté.. .cela devrait pouvoir se faire mais à mon avis les élèves vont se diriger vers le sujet 1: " Le désir est-il la marque de notre imperfection" ?

Tous les phénomènes de la société sont des phénomènes de la nature humaine, produits par l'action des circonstances extérieures sur des masses d'êtres humains. Si donc les phénomènes de la pensée, du sentiment, de l'activité humaine, sont assujettis à des lois fixes, les phénomènes de la société doivent aussi être régis par des lois fixes, conséquences des précédentes. Nous ne pouvons espérer, il est vrai, que ces lois, lors même que nous les connaîtrions d'une manière aussi complète et avec autant de certitude que celles de l'astronomie, nous mettent jamais en état de prédire l'histoire de la société, comme celle des phénomènes célestes, pour des milliers d'années à venir. Mais la différence de certitude n'est pas dans les lois elles-mêmes, elle est dans les données auxquelles ces lois doivent être appliquées. En astronomie, les causes qui influent sur le résultat sont peu nombreuses ; elles changent peu, et toujours d'après des lois connues. Nous pouvons constater ce qu'elles sont maintenant, et par là déterminer ce qu'elles seront à une époque quelconque d'un lointain avenir. Les données, en astronomie, sont donc aussi certaines que les lois elles-mêmes. Au contraire, les circonstances qui influent sur la condition et la marche de la société sont innombrables, et changent perpétuellement ; et quoique tous ces changements aient des causes et, par conséquent des lois, la multitude, des causes est telle qu'elle défie nos capacités limitées de calcul. Ajoutez que l'impossibilité d'appliquer des nombres précis à des faits de cette nature mettrait une limite infranchissable à la possibilité de les calculer à l'avance, lors même que les capacités de l'intelligence humaine seraient à la hauteur de la tâche. »
MILL, Système de logique (1843)

Enregistrer un commentaire