20 décembre, 2017

Rencontre parents et profs: une communication réussie !

Hier soir dans mon lycée, j'ai rencontré une vingtaine de parents de 16h à 20h: des échanges constructifs et surtout une confiance mutuelle. J'ai retenu quelques moments savoureux, drôles et émouvants: 
 - " c'est vrai mon fils ne travaille pas assez mais c'est quand il est chez sa mère" !
 - " Il y a un problème avec ma fille en philo (en TS); elle travaille trop dans votre discipline et même la nuit; et les matières scientifiques ?"
 - J'évoque la super ambiance en TS et les prises de paroles des jeunes filles dans mon cours; "mais vous ne citez que les filles" et moi " c'est du haut niveau et une grande maturité; une soif de connaître et des élèves qui demandent sans cesse du travail, et j'ai proposé un exo avec un raisonnement conditionnel sur la liberté et la nécessité; et c'est compris !
- Une mère me dit que c'est très difficile avec son fils en TES qui a des difficultés en français, qui joue à la "play-station" et regarde des matchs de foot" ; et moi "vous ne pourriez pas réduire un peu le temps de distraction et entrer dans une logique du "donnant-donnant" (match de foot si j'ai fait mon travail).
- Un père de famille évoque les problèmes de sa fille en TL; mais il suit son travail  - "les dauphins" (pour le premier travail sur le langage et la communication", c'était moi qui avait envoyé le documentaire!"
- une mère de famille évoque les problèmes de motivation de son fils en TES - "mon fils, il est fainéant et égoïste et il ne sait pas quoi faire"; je réponds " non, il ne faut pas dire à une personne qu'elle est égoïste, mais il a devant lui un mur qu'il ne parvient pas à vaincre" et la maman -" mais  c'était un enfant précoce au primaire et au collège, il s'est écroulé"; désespoir de la mère mais ma collègue de math essaie de trouver une solution. Je n'oublie pas non plus les parents qui ont évoqué les crises d'angoisse de leurs enfants (surtout les filles)  et qui me demandent des conseils.
- Et enfin, un père de famille qui croit en l'avenir de sa fille en dépit des difficultés rencontrées; elle maîtrise deux langues rares et j'entreprends des démarches pour qu'elle  puisse disposer de cours et je ne trouve pas de réponse appropriée à l'ambassade. Une tape sincère sur l'épaule et puis un remerciement "vous savez, au collège, on n'a cessé de la décourager; mais vous vous faîtes beaucoup"; je pense comme son père qu'elle pourra travailler dans un institut culturel via le droit et je cherche des solutions pour améliorer l'expression en français.
 Bref, j'ai rencontré des parents attentionnés.
Enregistrer un commentaire