10 décembre, 2016

La sensibilité animale !

Hier soir, à l'auberge de la Pauline,  dans le cadre du café philo de la Garde, j'ai évoqué la question de la souffrance animale. J'ai voulu aussi montrer par trois figures majeures de l'histoire comment trois écrivains ont défendu la cause animale sans la dissocier de la cause humaine (lutte pour l'égalité et la justice) - Victor Hugo, Emile Zola et Louise Michel. Mais j'ai rappelé l'épisode de Nietzsche à Turin en janvier 1889: ce philosophe d'une rare sensibilité ne peut s'empêcher de serrer dans ses bras un cheval qui est battu à mort par un cocher. Le philosophe  enlace le cheval et s'effondre en larme.
 
 Pour le débat, ce fut difficile: j'ai pourtant utilisé l'ironie pour remettre en cause l'idée que la corrida serait un art !!
 Pour se défouler, petite course avec Litchi ce matin; et la labrador s'est jetée

 à l'eau - plage de la Mitre. Demain, j'attaque le Faron à partir du téléphérique, et je vais courir en direction du sommet pendant 1h30 top chrono.
 

Enregistrer un commentaire