18 août, 2016

La force de l'empathie

Il y a deux jours, j'avais croisé sur mon chemin un petit oiseau blessé, recroquevillé sur lui-même. J'avais décidé de le déposer sur un toit afin qu'il ne se fasse pas dévorer par les chiens ou les chats. Puis je suis revenue lui apporter de l'eau et de la nourriture. Je me disais...
 Le lendemain, le miracle tant attendu s'est produit: un oiseau d'une grande taille lui donnait la becquée. Ce matin, l'adulte avait déposé le petit sur un autre toit et restait près de lui. Puis ce soir, les deux oiseaux ont dévoré mes deux biscuits; le petit allait mieux. Et demain, le petit prendra son envol ! La force de l'empathie; celle qui permet à deux êtres vivants de s'aider et de se comprendre ! 

Enregistrer un commentaire