13 avril, 2016

Un roman à écrire !

Je crois que je suis en mesure d'écrire un excellent livre cet été durant trois semaines si je suis en montagne en Haute-Savoie ou dans la région du Puy-de-Dôme (5h par jour). Je partirai des éléments de mon doctorat, puis j'essaierai de les relier à des éléments de "ma" réalité.
Partons des analyses de ma thèse:
 
- "Nul ne fait le mal de son plein gré" (Socrate)
Aristote distingue alors deux formes d'ignorance, celle dont on est responsable et celle dont on n'est pas responsable
Le philosophe américain Davidson répond avec pertinence au problème de la faiblesse de la volonté": doit-on faire ressortir la présence d'un conflit moral? Le faible de la volonté agit intentionnellement contre son meilleur jugement. La réponse du philosophe américain sera l'idée d'une division de l'esprit; une partie ignorant l'autre. D'où l'idée de "duperie de soi", de "mensonge à soi-même"; à approfondir car c'est un sujet complexe.
 
- Analyse de la réalité et du vécu:
 
- la chute d'un homme bon qui se révolte et se montre cruel et injuste. Montrer comment il perd le contrôle des choses et s'enfonce dans une attitude perverse
- la question est de savoir si cet homme est un manipulateur par "nature",  violent par "nature" ou s'il se considère comme une éternelle victime
- Face à lui, une femme qu'il estime un certain temps et qu'il déteste ensuite parce qu'elle n'est pas soumise et n'accepte pas d'être dupée; elle-même ne sait plus si cet homme est digne d'être aimé ou d'être estimé. Pourtant, l'erreur de cette femme est d'exprimer de grands sentiments alors que cet homme est en proie à un conflit moral
 
 Ce livre pourrait être bon si je parviens à a) ne pas être moralisatrice, b) être plausible quant au devenir de cet homme, soit il s'enfonce dans une attitude violente, dominatrice et perverse, soit il retrouve sa nature généreuse et ouverte. J'avoue que je ne peux savoir à l'avance; ni de l'avenir de la femme.

Enregistrer un commentaire