11 octobre, 2015

Wittgenstein et Descartes

Sur la question des préjugés, Descartes adopte la position de la méfiance. Or, il semble que le doute a un prix. D'ailleurs le philosophe français reconnaît que les préjugés d'une société sont indéracinables.
 
 
En revanche, Wittgenstein répondant à Moore affirme:
"Comment un homme juge-t-il quelle est sa main droite et quelle est sa main gauche? Comment sais-je que mon jugement coïncidera avec celui d'autrui? Comment sais-je que cette couleur est du bleu? Si dans ces cas je ne me fais pas confiance, comment irais-je faire confiance au jugement d'autrui. Y a-t-il un pourquoi? Ne dois-je pas commencer quelque part à faire confiance ? C'est-à-dire: il faut que quelque part je commence à ne pas douter."
                                                                          De la certitude
Je partage cette analyse de Wittgenstein; la confiance fonde les rapports humains. Et si je dis à une personne, "vous êtes...", d'où vient ma certitude ? Je suis incapable d'y répondre, disons que ma prédiction est intuitive, non démonstrative.

Enregistrer un commentaire