30 septembre, 2015

Jalousie et inquiétude

Adolescente, j'ai souvent lu Proust et son œuvre magistrale en Normandie: à mon sens, c'est le grand maître de l'âme humaine. Il m'arrive parfois de traiter en cours le rapport du désir à l'inquiétude. Plus encore, Proust se livre à l'anatomie de la jalousie avec tant de justesse: la jalousie est une maladie de l'âme qui engendre souffrance et intérêt pour l'être aimé. Peut-elle s'entendre comme un désir de possession ou la peur de perdre l'être aimé ?
"La jalousie n'est souvent qu'un inquiet besoin de tyrannie appliqué aux choses de l'amour." ( La prisonnière).
 Quand bien même l'être aimant donnerait les preuves de sa constance, sa vie constituerait un mystère ; mystère qui engendrerait l'inquiétude et la jalousie; de là à imaginer des amants qu'Albertine pourrait avoir.  Et paradoxalement, voudrions-nous donner des preuves de la solidité de nos sentiments, des images inconscientes surgiraient dans l'esprit de l'être aimé. Et la question de la probabilité? J'ai cherché et j'ai trouvé:
"Ma jalousie naissait par des images, pour une souffrance, non d'après une probabilité." (Le côté de Guermantes)


Enregistrer un commentaire