03 août, 2015

L'expérience de la mort

Une personne Claire de la cause animale me faisait part récemment de la mort soudaine de son chat. Je redoutais en effet, à cause d'une insuffisance du pancréas, des conséquences irréversibles. Son chat comme mon chien il y a 4 mois est mort en clinique après un traitement par perfusion, antibiotiques. Elle me demandait comment il était possible de supporter cette disparition.
 A mon sens, il faut admettre que la vie des autres ne nous appartient pas et surtout - ce qui est essentiel - il faut réduire la souffrance d'autrui. Je pense que la disparition de la souffrance chez un animal humain et non humain est fondamentale; qu'elle doit constituer un principe moral.
 Une personne d'une grande valeur a eu des mots justes: l'animal avait bien été traité, rencontré sur la plage. A quoi bon ajouter des années si cela doit conduire à la souffrance?
Enregistrer un commentaire