08 décembre, 2013

Palais du Luxembourg

Compte-rendu de Sabine Brels, doctorante à Laval ( Québec) lors d'une journée consacrée à la question du droit animal à Paris; très intéressant !

http://www.derechoanimal.info/images/pdf/SBRELS-Condition-animale-et-politique.pdf

01 novembre, 2013

Article sur la vivisection

Mon article sur la vivisection écrit durant une partie de l'été a  été publié  en octobre sur le site de la grande juriste de Barcelone Térésa Gimenez Candela ("Derecho animal). J'espère que nous mettrons fin à cette pratique barbare:

http://www.derechoanimal.info/eng/page/2855/vers-une-abolition-de-la-vivisection-(regarding-the-abolition-of-vivisection)

Abstract:
Vivisection and experimentation have always been the object of controversy, from Ancient Greece through the 19th Century with experimenters such as Bernard, Flourens, Magendie, until the private and public laboratories of the 20th Century. According to the commonly accepted definition, vivisection is a surgical operation performed on a sentient animal with the goals of acquiring knowledge. Evidently, two forms of experimentation must be distinguished: the first of these attempts to cure while the second attempts to increase knowledge. Certainly, for technical reasons, animal research has been mandatory since Nuremburg, giv0en that, invoking Enlightenment thought, citizens must be well informed and free to make decisions.
In this article, the author posits the thesis that vivisection can no longer be a necessary evil in the 21st Century. Science can effectively propose substitute methods. It is therefore essential in the name of respect and dignity of animals to put an end to this barbarian procedure that is vivisection.                              

23 octobre, 2013

Ouvrage: la douleur des bêtes

Un immense ouvrage vient de sortir: "La douleur des bêtes, la polémique sur la vivisection au XIXème siècle en France" de Jean-Yves Bory. Je vais proposer une recension de ce remarquable travail prochainement:
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3293

Recension: nous ne sommes pas les rois des animaux !

Voici une recension d'un livre fondamental de Tom Regan traduit par E. Utria: Les droits des animaux ( la vie des idées):
http://www.laviedesidees.fr/Nous-ne-sommes-pas-les-rois-des.html#.UmeIoR0ICYs.facebook

11 octobre, 2013

Vers la fin de la vivisection

Demain, nous organisons un stand de collecte de signatures contre la vivisection à Hyères:
https://www.facebook.com/events/525502527538668/525904190831835/?notif_t=plan_mall_activity

 8 pays vont atteindre leur quorum. Un moment historique est à prévoir !
 Un grand livre sur la douleur des bêtes (et la vivisection au XIXème siècle) devrait sortir prochainement et un article sur le site d'une juriste à Barcelone devrait apparaître sur son blog !

25 août, 2013

Article sur la vivisection

 
J'ai écrit durant une partie de l'été un article sur la vivisection ( 19 pages). Je suis en train de le faire lire et j'espère qu'il sera publié afin d'aider à une prise de conscience. Car ne l'oublions pas, il existe une initiative citoyenne européenne et il faut un million de signatures d'ici fin octobre  :
 
 
http://www.stopvivisection.eu/fr

19 août, 2013

Lectures d'été !

 A la montagne, j'ai découvert quelques ouvrages intéressants; notamment de Pierre Bayard "Aurais-je été résistant ou bourreau?". Ce livre est sorti en Janvier 2013 comme le mien et j'ai vraiment trouvé l'ouvrage très original,  proche de ma réflexion.
 

La question du sens de notre vie repose sur la manière dont nous la conduisons : sommes-nous le résultat d’événements fortuits, imprévisibles ou sommes-nous acteurs de notre existence ?
Dans un essai original Pierre Bayard – aurais-je été résistant ou héros ? – se demande comment il se serait comporté lors de la Seconde Guerre mondiale. Certes, il a été souvent montré comment les gens devenaient résistants ou bourreaux ; mais la question intéressante est de savoir comment eux-mêmes se seraient comportés s’ils avaient été dans telle situation.
 De ce fait, la fiction est utile parce qu’elle permet de se transporter dans un autre contexte. Il faut donc imaginer un personnage proche de celui que l’on est afin de mesurer ses propres choix à l’aune des circonstances. En même temps, la personnalité n’est pas figée ; elle peut se révéler : l’auteur la nomme « personnalité potentielle ». Elle peut se deviner mais parfois elle surgit d’une manière surprenante. Ainsi, Daniel Cordier, militant d’extrême droite deviendra le secrétaire de Jean Moulin ! Mais comment savoir véritablement comment ce personnage que nous sommes se serait comporté dans d’autres situations ? Pierre Bayard avance deux « lois » du comportement : certaines lois nous contraignent parce qu’elles viennent de l’intérieur ; c’est ainsi que des Résistants ne peuvent s’empêcher d’agir comme ils le font. Romain Gary illustre ce personnage qui ne pouvait « faire autrement ». Mais il faut se pencher aussi sur l’organisation psychique du personnage : le moi de la personne qui s’engage reflète une certaine image de soi idéalisée qui peut plus moins résister aux circonstances. A ce titre, il est intéressant de montrer comment l’individu a toujours la possibilité de bifurquer. En d’autres termes, des soldats prêts à tuer peuvent toujours renoncer et suivre un autre chemin :
« A l’image de la situation dans laquelle ces hommes se sont trouvés, chaque vie est aussi une succession de bifurcations, plus ou moins nettement visibles, qui dessinent devant nous une multitude d’itinéraires virtuels conduisant à des existences parallèles que nous ne connaîtrons pas, où nous aurions vécu d’autres expériences, fait d’autres rencontres, aimé ou haï d’autres gens. » (P 49)
 Ensuite, il existe des « situations comparables » : on peut pressentir en fonction de notre propre comportement, ce que nous aurions fait en certaines circonstances.
 C’est dire que si certaines trajectoires semblent fixées, il faut avoir un certain courage et une certaine créativité « pour inventer un nouveau cadre pour sa réflexion et son action » à l’image de Sousa Mendes qui délivrera  30 000 visas à des réfugiés et parmi eux des juifs
En guise de conclusion :
 Faut-il évoquer une variabilité de la personne ? Il faut toutefois souligner chez les héros et les Justes la capacité à sortir du cadre « imposé par l’ensemble de la société. »


14 juillet, 2013

Manifestation contre la vivisection

Journée de sensibilisation et d'information auprès des citoyens contre la vivisection le 13 juillet à Toulon: nous avons recueilli 208 signatures !


http://alarm-asso.fr/toulon/


03 juillet, 2013

Stop Vivisection

Action à Toulon contre la vivisection le 13 juillet 2013: recueil des signatures dans le cadre de l'initiative européenne:

https://www.facebook.com/events/139775999562027/?hc_location=Stream
 
Un travail exemplaire d'une étudiante:
 
http://vimeo.com/68500094

23 juin, 2013

Contre la vivisection à Montpellier

Journée contre la vivisection à Montpellier: informer et recueillir des signatures pour l'initiative européenne. J'ai rencontré des gens réceptifs hier; c'étai très émouvant:

https://www.facebook.com/pages/ALARM-Montpellier/284236288254861

03 juin, 2013

Air-France, Air-souffrance

Manifestation à Marignane le 1 juin par l'association ALARM  contre Air-France/ KLM, protestation contre le transport d'animaux destinés à la vivisection.
Il existe des méthode alternatives; aussi n'hésitez pas à signer cette initiative européenne contre la vivisection:
http://www.stopvivisection.eu/fr

29 mai, 2013

La politique: choix du moindre mal !

Faut-il face à des situations complexes en politique faire le choix du moindre mal? Tout choix politique constitue-t-il un pari audacieux ?
 Aujourd'hui, dans le journal le Monde un très bon article de JBJ Vilmer sur la levée de l'embargo en Syrie:

17 mai, 2013

09 mai, 2013

28 avril, 2013

Les droits des animaux

 Il faut signaler la traduction par Enrique Utria du livre fondamental de Tom Regan, Les droits des animaux.
 Je consacrerai un peu plus tard une analyse de ce livre -événement !
Voici la présentation de l'éditeur:
 
PRÉSENTATION :
Les animaux ont des droits. C’est la thèse que défend Tom Regan dans cette œuvre fondatrice, contribution majeure à la réflexion morale contemporaine.
Loin d’être sans pensée, comme l’affirmait Descartes, les animaux que nous mangeons, chassons ou livrons aux expériences scientifiques sont conscients du monde. Leur esprit est empreint de croyances et de désirs, de souvenirs et d’attentes. Ce sont, à ce titre, des êtres dotés d’une valeur morale propre, indépendamment de l’utilité qu’ils peuvent avoir pour nous. Ce n’est pas simplement par compassion pour leur souffrance, mais par égard pour leur valeur que nous devons les traiter avec respect.
La théorie de Regan est la formulation philosophique la plus élaborée et la plus radicale d’une éthique des droits des animaux. Elle pose une exigence de cohérence : si nous refusons l’exploitation des hommes, il nous faut également dénoncer l’exploitation des animaux non humains. L’abolition de l’élevage, de la chasse et de l’expérimentation est requise par la justice.

AUTEUR :
Tom Regan est professeur de philosophie à la North Carolina State University (Raleigh).


21 avril, 2013

Vivisection et méthodes alternatives !

Il existe aujourd'hui d'autres méthodes alternatives qui permettent de mettre fin à la vivisection ou expérimentation animale. La science ne devrait pas cautionner des pratiques injusfiées moralement et surtout inutiles.
Il faut prendre connaissance du comité scientifique "Aintidote europe":
 
 

18 avril, 2013

Journée mondiale des animaux en laboratoire

La manifestion contre la vivisection est prévue samedi 20 avril dans la ville d'Avignon: nous y serons pour protester contre cette pratique barbare et inhumaine:
http://www.stop-animaux-labos.org/journee-mondiale-animaux-labos-annonce/avignon-20-avril-2013/#eme-rsvp-message

13 avril, 2013

Sensibilisation aux primates en lycée

Ma collègue de Nantes, primatalogue et psychologue, est intervenue auprès de nos élèves du lycée sur la connaissance des primates durant deux jours. Il est important de prendre conscience des effets de l'exploitation des ressources sur l'environnement et  sur l'habitat des animaux. Cette conférence s'est achevée par un documentaire de Patrick Rouxel  sur le sort des orangs-outans. Le film "Green" constitue un témoignage poignant des activités humaines liées à l'huile de palme. Or, il existe d'autres alternatives, d'autres politiques que la seule exploitation irresponsable de la nature; notamment au Congo.
"Green" est la femelle orang-outan...
 

29 mars, 2013

Mélodie, chronique d'une passion !

Le livre d'Akira Mizubayashi Mélodie, chronique d'une passion, donne des frissons par sa beauté, sa vérité. La mort de son chien fidèle rappelle celle de son père...L'auteur ne peut assister aux derniers jours de ces deux êtres. Le livre est écrit comme un conte musical. Le maître devient élève et apprend de son animal. Les pages consacrées à l'attente, à l'amitié entre un animal et un être humain sont superbes:
 
"Mélodie fut pour moi - je mets à part les deux chiens de mon enfance - l'être le plus totalement réduit à un état d'impuissance constante. Et par cette vulnérabilité extrême, elle a occupé, tout au long de son existence qui se confondait avec la mienne, la position de maître, et moi celle d'élève. Elle a été comme un grand maître d'un art traditionnel japonais dont l'enseignement consiste à ne rien dire de son art, mais à laisser son élève en deviner la quintessence." (P 236)
 
"Elle attend. Mélodie, c'est un être qui attend, qui ne fait qu'attendre. Sa vie aura consisté à attendre. Mais attendre quoi ? Attendre le retour de celui à qui elle se sent attachée."  (P 145)
 
Akira Mizubayashi, Mélodie, chronique d'une passion, Gallimard janvier 2013


19 mars, 2013

Martha Nussbaum

 
Un article de Fabienne Brugère à propos de cette grande philosophe américaine Martha Nussbaum. Je cite souvent cette philosophe dans ma réflexion sur la vulnérabilité: comment faire de la philosophie précise et rigoureuse sans délaisser la réalité ?

03 mars, 2013

De retour d'Inde

Bien-sûr, il est difficile de se faire une idée de l'Inde tant ce pays est immense. J'ai donc découvert une partie du Sud-Est de l'Inde - le Tamil Nadu: j'ai pris conscience du caractère gigantesque de Chennaï, de la beauté des temples de Mahabalipuram, de la forteresse de Gingee  et enfin, j'ai pu  découvrir Auroville et Pondichéry côté indien, côté français.
 Auroville, c'est le rêve d'une cité universelle et idéale: la galaxie tournante d'Auroville symbolise l'unité. C'est Sri Aurobindo et la Mère qui en sont les "créateurs"; reste à savoir si le rêve d'une communauté idéale tient la route (en 1968). Il est complexe de savoir si ce projet est authentique tant les propos des uns et des autres sont divers et contradictoires parfois.
 Il reste que voyager bouscule nos repères et nous invite à observer attentivement ce que nous voyons ! Ensuite, il faut digérer lentement...
 


 

16 février, 2013

07 février, 2013

Recension ouvrage

Je remercie Vincent Billard pour la recension de mon ouvrage -"Agir gratuitement, la grande illusion":
 
http://iphilosophie-vincentbillard.blogspot.fr/

 En effet, je tente de faire en sorte de partager un savoir:

"Savoir se mettre à la portée du lecteur, pas forcément philosophe mais désireux par exemple d’approfondir les liens profonds existant entre le monde animal et l’être humain, au travers d’un propos clair et informé, voilà sans doute une qualité fondamentale pour un philosophe contemporain."

05 février, 2013

Les chiens du Macadam

Voici une recension qui se veut modeste d'un reportage de Florence Gaillard  "Les chiens du Macadam":

Florence Gaillard, dans ce reportage soutenu par « France Télévisions », part à la rencontre de trois jeunes SDF à Nantes et à Paris : Jérémy, William et Jérôme sont accompagnés de leurs chiens. Las de mener une vie d’errance, ils éprouvent tous les trois le besoin d’une réinsertion, d’une vie qui ait du sens. Florence Gaillard est journaliste, reporter d’image. Elle se propose dans ce documentaire de rendre compte de la relation entre les marginaux et leurs animaux. Elle a, au cours de ses enquêtes, rencontré des éducateurs, des vétérinaires et des chercheurs en sciences sociales intéressés par cette problématique.

Toutefois, ces trois jeunes garçons à la fois vulnérables et lucides entretiennent des relations très fortes avec leurs animaux. La question posée au début du reportage est de savoir si ces jeunes éprouvent le besoin d’être protégés ou tout simplement d’exister dans le regard de l’autre. Il va de soi que l’attachement des jeunes à leurs chiens reste un moyen de s’en sortir, d’être « sauvé » comme l’affirme l’un d’entre eux.

 Or, la société n’accepte pas toujours les SDF avec leurs chiens : force est de constater qu’il n’existe en France que trois structures d’accueil pour les personnes ayant des animaux. Dans ce reportage, nous prenons connaissance du travail remarquable réalisé par l’institut « Saint-Benoit » à Nantes et « Les Enfants du canal » à Paris.

 Commençons par raconter l’histoire de Jérôme (28ans) et de ses deux chiens : il a connu l’errance depuis l’âge de 12 ans et cherche à s’en sortir. Il a sombré dans l’alcoolisme une partie de sa vie et il estime qu’il doit trouver sa place dans la société parce que ses deux chiens affectueux lui donnent la force de le faire. Il accepte donc les conseils d’un vétérinaire afin de mieux éduquer ses chiens et ainsi espère vivre dans un appartement. Toutefois, Jérôme reste un rebelle et souffre d’un manque de liberté à l’intérieur de la structure d’accueil. Les règles à l’intérieur de l’établissement sont strictes ; Jérôme, jugé agressif lors d’une bagarre sera expulsé. Il se retrouve donc dans la rue avec ses éternels compagnons ! Pourtant, nous remarquons le désespoir dans ses yeux lorsqu’il est contraint de dormir sous sa tente ! Là encore, on peut se demander si sans ses deux chiens ce jeune homme aurait le courage de tenir !

 Ensuite, Jérémy (22ans) qui entretient une relation très protectrice avec son berger allemand. Il peut grâce à une structure d’accueil continuer sa formation de tailleur de pierre. Bien-sûr, avec amour, il pense que son chien « mérite mieux que la rue et lui aussi » ! Là encore, l’animal donne une raison à son existence ; du moins l’empêche de « braquer » quand il le souhaiterait par manque d’argent. Jérémy envisage de construire sa maison et songe à devenir berger. En grand solitaire, il rêve de devenir berger accompagné de son chien. Mais il reconnaît que c’est « bien de causer avec son chien » mais il faut des humains « pour avoir une conversation » ! Et c’est vrai que Jérémy parvient à s’intégrer, à supporter les longues journées de travail parce que son chien est en quelque sorte une boussole. Par l’attention que Jérémy prodigue à son animal, les éducateurs peuvent admirer ses qualités humaines.

 Les éducateurs sociaux, interrogés dans ce reportage, montrent bien la nécessité d’une relation avec un autre même si cet autre est un chien. Car cela permet à l’individu, en perte de repères, de se structurer, de mettre de l’ordre dans ses souvenirs ; bref l’animal, est une « borne biographique ».

Enfin, William est parti de chez lui à 16ans parce qu’il s’estimait trop « couvé » par sa mère. Il souhaite vivre sa vie et c’est avec sa chienne qu’il apprend à se découvrir, à maîtriser ses propres émotions. Car William est un éternel inquiet qui redoute l’agressivité de sa chienne sur les autres animaux. Mais l’animal est aussi le miroir de ses propres angoisses, de ses propres frustrations. Progressivement ce jeune homme prend confiance en lui et accepte comme il l’affirme lui-même, « une prise de risque » : il envisage de vivre avec une personne et son bébé. Sans doute, sa chienne lui aura permis de « vivre et de se sentir vivant » par l’affection reçue, même si William reconnaît que l’amour pour un chien n’est pas le même que pour un humain !

Il serait temps que les structures d’accueil prennent en compte le besoin des individus d’avoir des animaux. Car - ce reportage le montre avec beaucoup d’intelligence -, le chien par sa sociabilité et sa fidélité, participe à la stabilité mentale de l’individu. Mais il existe un véritable paradoxe dans cette marginalisation des jeunes exclus : la société ne prend pas en compte les besoins des exclus ce qui accentue leur marginalisation.

26 janvier, 2013

Stop vivisection

Stop vivisection est une initiative citoyenne qui a pour but de faire cesser l'expérimentation animale; cruelle et souvent inutile:
http://www.stopvivisection.eu/fr

13 janvier, 2013

Politique et éthique de l'animalité

Un ami Patrick Llhored vient d'écrire un ouvrage sur Derrida à propos de la politique et l'éthique de l'animalité. Je vais, dès sa parution, proposer une recension.
Patrick Llored, Jacques Derrida. Politique et éthique de l'animalité
Sils Maria, coll. "Cinq concepts", 2012.

07 janvier, 2013

Méthodes alternatives en philosophie

Aujourd'hui, François Jourde, mon collègue de philosophie au lycée européen de Bruxelles,  a fait une belle intervention à Toulon: découverte des méthodes alternatives en philosophie; bandes annonces, faux sous-titres...Un vrai régal !
Regardez:

01 janvier, 2013

2013 !

 A tous les animaux humains et non humains, je souhaite une heureuse année: générosité, empathie et courage !