21 janvier, 2012

Le juste et l'injuste!

On peut toujours s'étonner des réactions de ceux qui identifient la justice à la vengeance. Par esprit de justice, on peut s'opposer à toute forme de tricherie, de mensonges; mais par "esprit de justice", devrait-on aller jusqu'au bout de ses principes et mettre en difficulté financière une personne avec une famille - aussi malhonnête soit-elle ? D'autre part, on peut bien évidemment s'interroger sur la rationalité d'une punition: est-il possible de réparer par la sanction? J'avais écrit en 2007 un article avec un camarade sur la question des peines à partir de l'analyse de BECCARIA et de BENTHAM. En relisant La République de Platon, je rédécouvre des arguments assez fins. Jugez plutôt:

-" Est-ce donc, repris-je, le fait d'un homme juste de faire du mal à un homme, quel qu'il soit ?
- Mais certainement, dit-il, il faut faire du mal aux gens malhonnêtes et qui sont des ennemis.
- Mais si l'on maltraite les chevaux, deviennent-ils meilleurs ou pires ?
- Ils deviennent pires.
- Est-ce par rapport à l'excellence propre aux chiens, ou par rapport à celle des chevaux ?
- Par rapport à celle des chevaux.
- Et si on maltraite les chiens, deviennent pires par rapport à l'excellence propre aux chiens, et non à celle des chevaux ?
- Nécessairement.
- Et pour les êtres humains, camarade, ne faut-il pas affirmer que lorsqu'on leur fait du mal, ils deviennent pires par rapport à leur excellence humaine propre ?
- Oui, certes.
- Mais la justice n'est-elle pas l'excellence humaine ?"
                                                                                 La République, Livre I, 335a-335c

 Dans Le Criton (49d) on peut lire de la bouche de Socrate:
"Il ne faut donc pas répondre à l'injustice par l'injustice ni faire du mal à aucun homme, quoi qu'il nous ait fait..."

14 janvier, 2012

Un site à connaître: Grotius

"Grotius.fr, Médias & humanitaire », depuis avril 2009, grâce aux nombreuses contributions, venues du Nord comme du Sud, d’universitaires, d’étudiants, d’acteurs humanitaires, et de journalistes, a atteint son objectif initial : devenir un carrefour mensuel d’analyse sur les pratiques humanitaires et les discours médiatiques en temps de crise politico-militaire ou de catastrophe naturelle."

N'hésitez pas à lire les articles.


11 janvier, 2012

Gilles Jacquier: reporter de guerre !

Gilles Jacquier est décédé aujourd'hui en Syrie: fin tragique d'un homme soucieux de vérité !
"J'ai horreur de la guerre, mais sur ces terrains, je peux faire de vraies rencontres. Le plus souvent les gens sont eux-mêmes, très sincères face à une caméra et on ne peut rester insensible à leur souffrance, racontait le journaliste dans une interview. Moi, j'aime surtout filmer les gens au plus près de l'action, avec leurs émotions et sans voyeurisme" (extrait d'un entretien dans le Journal Le Monde).

08 janvier, 2012

Justice et vérité: le droit de montrer ?

Dans le cadre d'un travail avec les élèves, nous nous sommes interrogés sur l'exigence de justice au travers de la photographie. Peut-on tout montrer et peut-on montrer pour dénoncer des injustices ? Avec un intervenant, trois photographes ont fait l'objet d'une interrogation (ensuite les élèves vont mener leur réflexion): Lewis Hine, Nick Ut, R. Capa.
Pour les infos, voici un site:

02 janvier, 2012

Adieu Cheetah !

Le singe Cheetah a rejoint le royaume de ses congénères il y a quelque jours:
Cheetah, l’ami de Tarzan, est mort à 80 ans

"Le 28 décembre 2011 à 12:03



L’inoubliable singe Cheetah, ami de Tarzan incarné par Johnny Weissmuller dans les années 30, est décédé le soir de Noël à 80 ans des suites d’une insuffisance rénale

Sa disparition a été annoncée sur le site internet du Suncoast Primate Sanctuary, un refuge situé en Floride, relate Le Parisien. Cheetah était considéré comme l’un des plus vieux chimpanzé vivant, l’espèce atteignant entre 25 et 35 ans à l’état sauvage, une dizaine d’années de plus en captivité. Le singe avait joué aux côtés de Johnny Weissmuller dans Tarzan l’homme singe (1932) et Tarzan et sa compagne (1934).



Le singe avait d’abord appartenu à l’acteur, avant d’être donné au refuge dans les années 60. Le rôle de Cheetah avait été tenu par une quinzaine de chimpanzés dans les films de Tarzan."