24 septembre, 2011

Ruwen Ogien sur France-Culture

Ruwen Ogien était l'invité de S. Bourmeau sur France-Culture dans La suite dans les idées: comme d'habitude, le philosophe défend l'idée d'une morale minimaliste. Mais il s'explique sur  l'apport des sciences humaines/ morale. Sur ce point là, je suis d'accord. Mais comme d'habitude, je ne suis pas d'accord avec l'idée de dignité, de crime sans victime (assimilé à des crimes imaginaires). Je laisse le lien pour un ancien article écrit à propos du célèbre nain de Wackenheim.

23 septembre, 2011

De l'utilitarisme à John Stuart Mill!

A écouter Les nouveaux chemins de la connaissance, réflexion consacrée à John Stuart Mill (très belle émission sur son oeuvre) et à l'utilitarisme avec des spécialistes et traducteurs; voici les liens:
http://www.franceculture.com/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-john-stuart-mill-34-de-la-liberte-2011-09-07.html

A propos de l'éthique animale

J'ai été sensible à l'invitation de la ville de Saint-Cyprien pour parler de l'éthique animale en avril 2012. Je suis contente de voir évoluer les choses en ce domaine: beaucoup d'ouvrages sur la question, beaucoup de manifestations et sans doute une conscience plus fine de la souffrance animale. Je renvoie à l'étude du livre La cause animale de C. Traïni;on peut y ajouter les lectures de P.Singer, de J.B. J Vilmer, E de Fontenay,F. Burgat, P. Devienne:
http://lectures.revues.org/1295

06 septembre, 2011

Parution: la propriété collective et les services publics

A signaler, la parution d'un livre d'un spécialiste de Jean Jaurès et camarade, Bruno Antonini: La propriété collective et les services publics; septembre 2011, Le Bord de l'eau.
Voici la présentation sur le site des éditions du Bord de l'eau:
"Paul Brousse (1844-1912) est une figure un peu oubliée du socialisme français. Médecin psychiatre, collectiviste et ancien libertaire, élu au conseil municipal de Paris de 1887 à 1906 (il présidera cette assemblée municipale en 1905) et député de la Seine de 1906 à 1910, il s’est donc illustré par son socialisme réformiste de type municipal et par la création avec Jules Joffrin, suite à leur rupture avec le guesdisme au congrès de Saint-Étienne de 1882, du parti « possibiliste », la Fédération des Travailleurs Socialistes Français, en 1883. La même année, il publie en brochure La Propriété collective et les Services publics qu’il republiera en 1910 sous les bons soins encore de son journal Le Prolétaire. Dans ce court texte, Brousse expose l’essentiel de sa doctrine sur le socialisme municipal, la question communale étant, pour lui, « plus de la moitié de la question sociale ». Les services publics organisés sous la forme de la propriété collective ont pour but de réaliser par la commune et par l’État la préparation à la substitution du socialisme au capitalisme, par une voie « qui passe à égale distance de la réaction et de l’utopie ».

Comment s’articule dans le socialisme réformiste de Paul Brousse la question de la propriété collective avec celle des services publics ? Selon quel statut, quel rôle et quelles finalités pour ces derniers ? Quelle vision de l’État cela suppose-t-il ?
L’enjeu philosophico-politique de La Propriété collective et les Services publics est bien celui de la souveraineté du peuple dans l’égalité entre citoyens. Les services publics deviennent alors le moyen d’organiser socialement le principe républicain d’égalité, l’outil politique de l’auto-émancipation du prolétariat pour une citoyenneté active où l’État n’est pas absent mais mis à distance par la municipalisation de certains services (régies de distribution de l’eau ou du gaz, de l’éclairage, les transports etc.). Donc, la commune chez elle et l’État chez lui.
Dès lors, les services publics sont-ils l’incarnation de l’État, sa manifestation sociale au niveau de la commune, ou bien sa pure et simple négation politique et économique par absorption locale ? Question de fond lancinante de ce texte qui s’inscrit pleinement dans les débats conflictuels entre socialistes de son temps : face aux guesdistes en France et face aux marxistes au sein de la Première Internationale au moins, également sensibilisée depuis 1874 à la question des services publics par la contribution du socialiste collectiviste belge César de Paepe.
C’est surtout contre les monopoles nés de la concentration capitaliste (mais aussi contre la conception d’un État-patron prestataire de services publics), que l’intervention de l’État et des collectivités locales devient nécessaire selon des missions monopolistiques respectivement partagées : à la commune la charge de l’unité sociale par la démocratie directe et du monopole du travail ; à l’État l’unité politique de la République et, face au monopole du capital, le monopole sur le domaine foncier, les grandes industries et l’enseignement intégral (ceci dans la nation, mais aussi d’autres services publics, internationaux, devront être dévolus à la Confédération des peuples : chemins de fer, postes et télégraphes etc.).
Plus amplement encore, au-delà de la tentative de réconciliation paradoxale entre l’anarchisme et l’État, le possibilisme de Brousse ne tente-t-il pas, dans La Propriété collective et les Services publics, de dépasser l’alternative et même l’opposition, exacerbée par les marxistes, entre réformistes et révolutionnaires, pour prolonger graduellement, par-delà les clivages, le républicanisme bourgeois en République sociale, dans la lignée du socialisme jaurésien ?"

05 septembre, 2011

Le sexe n'est pas que construction !

Nous poursuivons la discussion avec mes collègues de SVT sur la question du genre. Je viens de recevoir un très bon article du journal Le Monde à propos de l'identité (P. Picq).


04 septembre, 2011

Début de rentrée

C'est la rentrée et déjà des projets qu'il faut finaliser: dans le cadre de la formation IFSI, sur les conseils de mon collègue Franck, je vais proposer une réflexion sur le principe de bienfaisance (n'hésitez pas si vous avez des docs), puis nous allons probablement aborder la question du genre si polémique avec mes collègues de SVT (je suis d'ailleurs inscrite à un stage sur cette question); puis enfin, il faut reprendre contact avec le Café des Sciences d'Avignon. Un peu de lecture toutefois: un livre à résumer qui aborde la question du statut des sciences sociales.