31 août, 2011

Transports d'animaux vivants

Dans beaucoup de pays, j'ai vu des animaux transportés dans des conditions déplorables ! N'hésitez pas à signer la pétition pour réduire le temps de transport des animaux ; ONE VOICE:


30 août, 2011

Animalité, humanité !

Je tiens à remercier Laura-Maï Gavariaux pour la publication sur le site, Le philosophe dans la cité, de mon article écrit en 2008: la question du droit des animaux
http://www.revuedemonde.org/Le_Philosophe_dans_la_Cit%C3%A9/Accueil.html



 Je tiens à signaler une excellente émission sur France-Culture (le 31/07): l'homme est-il un animal? Avec raison, P. Descola montre que la question "le propre de l'homme" est abstraite. Depuis toujours l'apport de l'anthropologie, sciences sociales me permet d'enricher mes vues philosophiques et mes cours !

23 août, 2011

Conversations avec le bon David !

Attention, cette année est l'année du grand David HUME (1711-1776), mon philosophe préféré depuis l'âge de 18ans; fait une maîtrise (master 1) sur lui et les institutions, un DEA (master 2) sur les normes sociales et un peu lui, et un doctorat en 2000 (un chapitre sur lui et l'action):
"Colloque international, Paris, du 6 au 8 septembre 2012

« L'exemple le plus éclatant de l'épanouissement du savoir sous un pouvoir absolu est celui de la France, qui n'a presque jamais connu d'état de liberté, et qui a pourtant porté les arts et les sciences aussi près de la perfection que toute autre nation. Il se peut que les Anglais soient de plus grands philosophes, les Italiens de meilleurs peintres ou musiciens ; les Romains furent de plus grands orateurs ; mais les Français sont les seuls, les Grecs mis à part, qui ont été à la fois philosophes, poètes, orateurs, historiens, peintres, architectes, sculpteurs, et musiciens. Au théâtre, ils ont surpassé même les Grecs, eux qui surpassent de loin les Anglais. Et dans la vie ordinaire ils ont très largement perfectionné cet art, s'il en est le plus utile et le plus agréable, /l'art de vivre/, l'art de la société et de la conversation. » (/De la liberté politique/)
« Notre jalousie comme notre haine de la France sont sans bornes ; et il faut admettre que le premier sentiment, au moins, est raisonnable et justifié. » (De la balance commerciale)
Ce colloque, qui combine conférences publiques, sessions de travail et tables rondes, se propose d'explorer un sujet qui n'a jamais été traité avec l'attention qu'il mérite : les relations particulières avec la France qui ont contribué à faire de David Hume le philosophe, l'homme de lettres, l'essayiste politique, l'économiste et l'historien qu'il fut.
On attend des communications, en français ou en anglais, dans trois domaines : l'influence des penseurs français sur Hume ; son expérience parisienne et provinciale lors de ses séjours en France (et sa correspondance avec des Français) ; sa postérité et son influence en France, en particulier aux 18^e et 19^e siècles. Quelle que soit l'approche adoptée, philosophique, politique, historiographique, économique, littéraire, sociologique, etc., on espère que toutes les communications constitueront des contributions de référence aux études humiennes.
Le colloque est organisé par les professeurs Robert Mankin (Laboratoire de Recherches sur les Cultures anglophones, Université Paris-Diderot ; mankin@univ-paris-diderot.fr) et Laurent Jaffro (Laboratoire PhiCo/NoSoPhi, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; jaffro@univ-paris1.fr).
Des projets d'une page doivent parvenir aux deux organisateurs au plus tard le 1^er octobre 2011." de
Nouvelles philosophiques