31 mars, 2010

Hanoï: cathédrale Saint Joseph !


Parlons des anticipations de l'expérience: la nuit dernière - dans mes rêves -, je me trouvais devant la cathédrale Saint-Joseph à Hanoï; mais je ne connais pas encore cette ville ! La découverte de ce vestige sera-t-elle conforme à mes anticipations ? Toutefois je ne ferai pas de billet sur ce sujet. J'attends de me laisser surprendre.

29 mars, 2010

Risk Taking !

A l'Université de Genève, un séminaire qui semble passionnant: prendre des risques dans un univers incertain ! Je me souviens avoir beaucoup travaillé l'ouvrage édité par Gärdenfors et Sahlin -Decision, probability, and utility lors de ma thèse.


Risk taking in an uncertain universe / Prendre des risques dans un univers incertain
Nils-Eric SAHLIN (Université de Lund)

Séminaire MA Printemps 2010 (Philosophie et sciences médicales)

"Comment connaître et agir dans un monde incertain ? Comment avoir de la certitude dans un tel monde ? La notion de risque est devenue centrale dans de nombreux domaines de la vie sociale. Elle est depuis deux siècles au moins au centre de la théorie des probabilités et de la décision et elle a connu de nombreuses applications en sciences fondamentales, en sciences sociales et en médecine. Ce séminaire portera sur le rôle du risque en épistémologie, en éthique, et en éthique médicale. Il discutera aussi le rôle que joue cette notion dans notre vie quotidienne. Les sujets discutés seront les suivants : l'incertitude et sa mesure, des probabilités aux décisions, le risque et le risque épistémologique, nanotechnologies, nanomédecine, cellules souches vues du point de vue de la théorie du risque, moralité et éthique dans un monde irrationnel.
"

28 mars, 2010

La condition philosophique

Je viens de parcourir l'ouvrage de Vincent Citot: La condition philosophique et le problème du commencement. Au coeur de l'histoire de la philosophie, l'auteur se propose de réfléchir au problème du commencement. Il n'est pas évident de retracer cette histoire et elle exige des efforts. Quant à moi, j'ai plutôt l'habitude de cerner des problèmes et cette lecture me permet de m'introduire dans d'autres traditions philosophiques. Le ton est donné dès le début de l'ouvrage:

"Par où commencer? Est-ce la première des questions ? celle par laquelle il faudrait commencer ? Mais pourquoi aurions-nous à commencer quelque chose et à nous poser le problème du commencement ?" (Introduction).



Vincent Citot, La condition philosophique et le problème du commencement,Collection phéno 2009

23 mars, 2010

Pour la défense du Galgos lévrier espagnol!


PÉTITION À L’ATTENTION DU GOUVERNEMENT ESPAGNOL
http://www.greyhoundsinneed.co.uk/

Vous trouverez ci-dessous le texte d’une pétition initiée par Greyhounds in Need (GIN) et adressée au gouvernement espagnol. Il est tout particulièrement important d’attirer l’attention sur cette terrible cruauté à l'heure où l'Espagne assume la présidence du Conseil de l'Union européenne.

À l’heure actuelle, les traités qui forment la Communauté européenne ne couvrent pas le bien-être des animaux et une législation à l’échelle de toute l’Europe est donc impossible ; seul le gouvernement espagnol peut légiférer en vue de mettre un terme au traitement barbare des lévriers en Espagne.

Merci de bien vouloir signer cette pétition avant le 30 avril 2010 de sorte à ce que nous puissions montrer l’ampleur de l’inquiétude du public européen à ce sujet.

Merci.

Greyhounds in Need

33 High Street

Wraysbury

Middlesex TW19 5DA (Royaume-Uni)

E-mail: info@greyhoundsinneed.co.uk

Site Internet: www.greyhoundsinneed.co.uk



Support the Petition

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

À l’attention de : Don Jose Luis Rodriguez Zapatero, Presidente del Gobierno de Espana
Nous, les soussignés, adressons la présente pétition au gouvernement espagnol pendant sa présidence du Conseil de l’Union européenne. Cette pétition est parrainée par Greyhounds in Need, une organisation caritative enregistrée en Angleterre qui se consacre au sauvetage, au traitement et au relogement des Galgos Español, les lévriers natifs d’Espagne qui sont utilisés pour la chasse dans ce pays.

C’est un fait connu de tous en Espagne et à l’étranger que ces chiens sont régulièrement abandonnés ou tués par leurs propriétaires à la fin de la saison de chasse. Les méthodes employées afin d'éliminer ces animaux sont parfois extrêmement inhumaines et comprennent notamment la pendaison ; elles sont souvent accompagnées de mutilation, y compris du marquage au fer et autres formes de préjudices corporels. Nombre de galgos sont tout simplement abandonnés après avoir souffert de négligences ou ont été mutilés, de toute évidence afin de masquer leur identité. Les groupes de bien-être animalier espagnols qui ont signé cette pétition disposent de suffisamment de preuves récentes de la poursuite sans relâche de ces pratiques barbares. En Espagne, les personnes qui se sentent concernées par ce problème estiment que plus de 50 000 galgos sont tués ou abandonnés chaque année.

Preuve de l’étendue du problème, nous tenons à vous informer qu’à elle seule, l’organisation Greyhounds in Need dépense quelque 130 000 euros par an dans le cadre de ses travaux en Espagne et dans le domaine du relogement dans d'autres pays, ne s'occupant que d'une petite proportion des galgos abandonnés. À cette somme viennent s’ajouter les dépenses considérables engagées par nombre de groupes de relogement au Royaume-Uni et dans d’autres pays d'Europe, outre les refuges espagnols qui aident à exporter les galgos.

Nous appelons le gouvernement espagnol, pendant son mandat à la présidence de l’Union européenne, à promulguer et faire appliquer une législation humaine visant à protéger les galgos d’Espagne de tels traitements barbares. Ceci permettrait de rendre sa véritable position à l’Espagne aux côtés des autres nations européennes, si le pays accordait des normes de protection rigoureuses à ses animaux. Cela permettrait également d’ôter aux organisations caritatives étrangères le fardeau qu’elles portent en raison de ce manque de protection.

Cet appel est soutenu par nombre d'organisations et citoyens espagnols qui souhaitent vivement voir leur grande nation accorder le respect et faire preuve d’humanité vis-à-vis de ces créatures qui souffrent.


22 mars, 2010

Revue Philosophoire: l'éducation !

Le numéro de Philosophoire consacré à l'éducation vient de sortir. Voici la présentation du sommaire :

L'Education n°33
Printemps 2010
16 €

Entretiens avec Henri Péna-Ruiz,
Antoine Prost
thierry Long

Photo: Vincent citot

Editorial : l’avenir de l’éducation, entre école et société
Frédéric DUPIN

L’EDUCATION

Entretien avec Henri Pena-Ruiz
Claude OBADIA

Entretien avec Antoine Prost
Baptiste JACOMINO

Entretien avec Thierry Long
Laurence HARANG

La controverse française sur l’école : essai de cartographie
Baptiste JACOMINO

Remarques sur le refus de l’instruction
Jean-Michel MUGLIONI

Le système éducatif entre idéal de justice et compétition sociale : faut-il mettre un terme à l’« hypocrisie scolaire » ?
Jean-Claude POIZAT

La loi de récapitulation comme paradigme éducatif
Laurent FEDI

L’éducation dans la République de Platon : une antinomie politique ?
Claude OBADIA

Contre-éducation ou contre l’éducation ? Instituteurs, encore un
effort pour être sadiques !
Benoît SCHNECKENBURGER

LES LIVRES PASSENT EN REVUE

La condition philosophique et le problème du commencement
de Vincent Citot
Jean-Claude POIZAT

L’ironie du réel de Philippe Grosos,
et la question de la tâche de la philosophie
Vincent CITOT

Carnets de captivité et autres inédits, d’Emmanuel Lévinas
Jean-Claude POIZAT

HORS-THEME

Portrait d’un intellectuel contemporain : Alain Finkielkraut
Entre engagement républicain et soutien communautaire
Jean-Claude POIZAT
***
Petit extrait de l'entretien avec T.Long (Staps Nice):
"
Le Philosophoire :
Dans votre livre -l’éducation par le sport, imposture ou réalité ?-, vous dénoncez une certaine idéologie du sport. Sur quel constat empirique fondez-vous vos investigations ?

Thierry Long :
Quand on s’intéresse à l’idéologie sportive, deux théories principales s’affrontent. Certains (Fodimbi ) pensent que le sport est trans-idéologique. Il présenterait ainsi une porosité idéologique qui lui permettrait de n’être que ce que la société décide qu'il soit. Il reflèterait alors le contexte social, politique et économique dans lequel il évolue. Son organisation, son fonctionnement, ses valeurs, se confondraient assez largement avec la société qui l’a engendré. Cette thèse fut historiquement validée dans le sens où le sport a bel et bien été utilisé par différents régimes pour asseoir leur contrôle social ; on peut aussi bien pensé aux dictatures qu’aux démocraties, qu’elles soient de droite comme de gauche. La seconde théorie articulant sport et idéologie est la théorie critique (principalement initiée par Jean-Marie Brohm ) qui postule que le sport revêt les caractéristiques de la société capitaliste. Brohm écrit, en 1976: le sport « est le symbole idéologique même d’une société capitaliste ou bureaucratique d’Etat toute orientée vers le rendement et la productivité ». Aujourd’hui, eu égard de l’occidentalisation internationale grandissante et du caractère universel du sport, ces deux perspectives semblent se rejoindre inéluctablement. Nous sommes dans l’ère de la compétition et du rendement."

18 mars, 2010

De Milgram à la télévision!

Le sujet de la soumission consentie depuis la célèbre expérience de Milgram dans les années 60 est toujours source d'interrogation: comment des individus normalement constitués peuvent-ils infliger des souffrances (sous forme de punition) à d'autres individus? Faut-il faire appel à des défaillances morales, cognitives (absence d'esprit critique) ? Le coeur du problème semble résider dans le conflit entre la reconnaissance d'une autorité et l'existence de valeurs morales. Cette "soumission librement consentie" est paradoxale:


a) l'individu dans l'expérience de Milgram (et du "jeu de la mort") se libère de son stress par un rire

b) puis il hésite (pour poursuivre ou s'arrêter) et triche pour aider "le candidat" à trouver la bonne réponse

c) Enfin, il n'a d'autre choix que de fuir la réalité (ne plus écouter les plaintes du candidat) ou de stopper l'expérience tant elle lui semble insupportable


C'est dur d'être humain !!

A suivre...


Un extrait de "torturez, vous êtes filmés"; Jean-François Marmion:

"Le psychosociologue Jean-Léon Beauvois et d’autres chercheurs se portent garants de la validité scientifique de l’expérience. Au départ, ils doutaient que les candidats puissent se métamorphoser en tortionnaires pour les besoins d’un jeu inepte, sans même une récompense à la clef. Du moins, pas autant que dans l’expérience de S. Milgram, qui, reproduite une vingtaine de fois, donne des résultats constants : environ 60 % des sujets administrent la décharge maximale. Or 82 % des candidats du jeu télévisé iront jusqu’au bout, à la stupéfaction des scientifiques se cachant la tête dans les mains ou jurant, liquéfiés, depuis les coulisses. Que l’émission soit présentée comme destinée au grand public ou uniquement réservée à des directeurs de programmes, les résultats sont identiques. Attention, les candidats ne virent pas pour autant à la bête féroce, trop heureuse de se déchaîner impunément. Leur cas de conscience est très clair : ils sont tiraillés entre l’obéissance à la règle (« Je me suis engagé à jouer le jeu ») et leurs valeurs morales (« Je ne peux pourtant pas continuer à faire souffrir cet homme »), entre leur comportement et leurs pensées. Chez quelques-uns, les valeurs l’emportent très vite. Chez d’autres, c’est plus laborieux. Pour l’écrasante majorité, la docilité prime. Qu’ils tentent de souffler les bonnes réponses à leur victime, qu’ils se consolent en constatant qu’après tout sa performance est nulle, qu’ils rechignent, qu’ils essaient de se convaincre que tout cela n’est pas réel…, ils envoient des décharges toujours plus redoutables. Pour le spectateur, ce constat est aussi une forme d’électrochoc.


Le dispositif d’une émission, avec la négation de la responsabilité des participants, la pression du public, les « règles du jeu » faisant autorité, paraît donc si puissant qu’il peut engendrer des actes de barbarie avec une facilité quasi instantanée, alors que les bourreaux n’ont rien à gagner. Mais on observe une différence notable avec les résultats classiques d’une expérience à la Milgram : si l’autorité de l’animatrice est contestée par une de ses assistantes, qui feint de se rebeller contre ce jeu de massacre, les candidats n’en profitent pas pour s’arrêter là. « Quelque chose a changé dans notre obéissance et notre rapport à autrui », en concluent M. Eltchaninoff et C. Nick dans la série documentaire et le livre consacrés à leur supercherie. Selon eux, nous serions devenus globalement plus dociles, en grande partie à cause de la télévision. Elle serait aujourd’hui perçue comme une représentation de l’autorité, plus encore que les scientifiques mis en scène par S. Milgram. Une « autorité invisible » qui modèlerait nos actes et nos pensées. « Nous obéissons plus à la télévision qu’à n’importe quelle autre instance. (…) C’est la télévision qui décrète les règles de la moralité. » En résumé, elle instaurerait une sorte de nouveau commandement : « Agis de telle sorte que si tu te voyais à la télévision, tu ne zapperais pas. » Un « totalitarisme tranquille », renchérit J.-L. Beauvois."





15 mars, 2010

Comment apprendre des animaux à se comporter?

A lire sur le site de Non fiction, le compte-rendu de Hicham Stéphane Afeissa à propos du dernier livre de Florence Burgat -Penser le comportement animal. Contribution à une critique du réductionnisme. C'est dans toute la dimension de son être qu'il faut appréhender l'animal sans quoi on risque d'en faire l'objet de nos caprices, de nos babines; ainsi en est-il des conditions de vie des animaux d'élevage.

10 mars, 2010

Revue Sciences humaines

A lire le numéro du mois de mars 2010 de la revue Sciences humaines - L'énigme de la soumission. Il est question de la célèbre expérience du psychologue Milgram et d'une émission de télévision en France - "L'expérience extrême". La discussion se poursuit sur le blog de Michel Terestchenko ("le jeu de la mort").
Voici le résumé du livre de M. Eltchaninoff et C. Mick:
"

Imaginez un jeu télévisé où l'on vous demande d'administrer des décharges électriques à un candidat qui se débat, hurle et perd connaissance. Vous êtes encouragé par une belle animatrice et un public déchaîné. Tout cela vous paraît bizarre et sadique. Mais après tout, c'est la télévision.

Un cauchemar de scénariste? Non, une expérience scientifique réalisée en France en 2009. Plus de 80% des joueurs sont allés jusqu'à pousser la manette des 460 volts.

Nous avons proposé à des Français comme vous et moi de participer au pilote d'un jeu télé. En réalité, il s'agissait d'un leurre : pas de décharges, pas de victime, mais une équipe d'experts chargée d'étudier le degré de soumission à ce nouveau type d'autorité qu'incarne la télévision. Adaptée d'une célèbre étude menée aux Etats-Unis dans les années 1960 par le psychologue social Stanley Milgram, l'expérience de "La Zone Xtrème" montre que nous sommes bien plus soumis qu'il y a cinquante ans.

Nous nous imaginons autonomes, libérés, voire rebelles. Nous sommes en réalité de plus en plus obéissants, et de plus en plus seuls, face à de nouveaux pouvoirs. Inspiré du documentaire événement de France2, ce livre explore la face sombre de notre société."

07 mars, 2010

Les hommes et les femmes: à ma place !


Pour la journée de la femme: un duo Axel Bauer et Zazie. Un homme ne peut être une femme et une femme ne peut être un homme! Il suffit de se mettre à la place de l'autre !



"Serait-elle à ma place plus forte qu'un homme
Au bout de ces impasses où elle m'abandonne
Vivre l'enfer mourir au combat
Faut-il pour lui plaire aller jusque là ?
Se peut-il que j'y parvienne
Se peut-il qu'on nous pardonne
Se peut-il qu'on nous aime
Pour ce que nous sommes

Se met-il à ma place quelques fois
Quand mes ailes se froissent
Et mes îles se noient
Je plie sous le poids
Plie sous le poids
De cette moitié de femme
Qu'il veut que je sois
Je veux bien faire la belle, mais pas dormir au bois
Je veux bien être reine , mais pas l'ombre du roi "

03 mars, 2010

Ce que nous savons des animaux !

Actuellement, je sens un intérêt au sein du monde philosophique pour nos amies les bêtes. Qu'est-ce que connaître et comment y parvient-on ? Cerisy organise un colloque début juillet.

"Quand ma maîtresse corrige des copies, je sais que je peux dormir" !


DU VENDREDI 2 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 9 JUILLET (14 H) 2010



CE QUE NOUS SAVONS DES ANIMAUX


--------------------------------------------------------------------------------

DIRECTION : Vinciane DESPRET, Raphaël LARRÈRE

Avec le concours de Florence BURGAT, Georges CHAPOUTHIER, Bernard HUBERT et Isabelle STENGERS


--------------------------------------------------------------------------------

ARGUMENT :

Si le titre du colloque renvoie au "savoir", c’est que c'est à sa multiplicité qu'il envisage de s'intéresser: savoirs savants des éthologistes et des disciplines qui questionnent leur biologie ou leur univers mental, savoirs pratiques de ceux qui sont amenés à bien connaître les animaux pour avoir travaillé avec eux, savoirs enfin que l’anthropologie ou la sociologie apportent sur les pratiques des uns et des autres.

La rencontre s’organisera autour des animaux qui produisent et que produisent, cette multiplicité de pratiques. Un trait les réunit: sauvages, domestiques ou familiers, ce sont des animaux qui mettent des gens au travail ; ce sont les animaux des éleveurs, des dresseurs et des animaliers de laboratoire ; ceux que les scientifiques interrogent sur leurs capacités sociales et cognitives ou leur "bien-être" ; les animaux des sociologues, des anthropologues ou des philosophes, quand ces derniers s’intéressent à la manière dont on les protège, dont on fait société, ou dont on vit (ou pourrait vivre), autrement, avec eux. En somme, des animaux qui, pour de multiples raisons, nous importent ou importent à certains d’entre nous.


--------------------------------------------------------------------------------

CALENDRIER PROVISOIRE :

Vendredi 2 juillet
Après-midi:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Samedi 3 juillet
Matin:
Vinciane DESPRET & Raphaël LARRÈRE: Introduction

Ce que peuvent les animaux: les dispositifs qui rendent intéressants (les animaux et leurs scientifiques)
Yves CHRISTEN: Un nouveau regard sur l'intelligence animale: passer de la mise en demeure à la prise en compte de leurs intérêts

Après-midi:
Thierry AUBIN: Le chant des oiseaux: une communication sophistiquée
Dalila BOVET: Des babouins aux perroquets: ce que les animaux ayant participé à mes expériences m’ont appris


Dimanche 4 juillet
De trente-six manières de faire société
Matin:
Catherine LARRÈRE: L'animalité et l'exploration des possibles
Claude & Lydia BOURGUIGNON: Rôle de la faune dans la dynamique des sols

Après-midi:
Jérôme MICHALON: Les animaux pansent-ils? Comment rendre compte des effets thérapeutiques du contact animalier
Isabelle MAUZ & Coralie MOUNET: Le rapport aux loups: un jeu sur la distance? Le cas du suivi scientifique de la population de loups en France

Soirée:
Film de l’IRD sur la manière dont un village Camerounais "fait société" avec les insectes


Lundi 5 juillet
Questions de bien-être
Matin:
Alain BOISSY: Ce que ressentent les animaux, ou comment l'éthologie cognitive permet d'accéder aux émotions de l'animal et mieux comprendre son bien-être
Xavier BOIVIN: De la docilité à la relation homme-animal d'élevage: le point de vue de l'animal

Après-midi:
Georges CHAPOUTHIER: Les désarrois du chercheur face à l’expérimentation animale
Pascal PICQ: L’origine de l’homme entre animalité et humanité


Mardi 6 juillet
L'équitation, une affaire entre les hommes et les chevaux (journée organisée par Bernard HUBERT)
Matin:
- Visite du Haras de Saint-Lô (monte académique)
- Rencontre des dresseurs

Après-midi:
- Visite du manège "L’équitation autrement" de Saint-Sébastien de Raids (dressage alternatif)

Soirée
Faire répondre les oiseaux (Les réponses territoriales chez les oiseaux, avec Thierry AUBIN)


Mercredi 7 juillet
Connaissances mineures (Inappropriated others knowledges)
Matin:
Donna HARAWAY: Bien vivre et bien mourir avec les créatures de l'empire: glaner des passés et des futurs dans l'épaisseur des temps présents (Living and Dying Well with Creatures of Empire: Gleaning Pasts and Futures in Thickened Presents) (1ère partie)
Michel MEURET: Savoirs d'animaliers en domaine expérimental (1ère partie)

Après-midi:
DÉTENTE


Jeudi 8 juillet
Connaissances mineures (Inappropriated others knowledges)
Matin:
Donna HARAWAY: Bien vivre et bien mourir avec les créatures de l'empire: glaner des passés et des futurs dans l'épaisseur des temps présents (Living and Dying Well with Creatures of Empire: Gleaning Pasts and Futures in Thickened Presents) (2ème partie)
Michel MEURET: Savoirs d'animaliers en domaine expérimental (2ème partie)

Après-midi:
Jocelyne PORCHER: Une sociologie de l’animal au travail
Un éleveur
Eric BARATAY: Une histoire écrite du côté de l’animal est-elle possible?

Soirée:
Atelier d'éthologie
Petite pratique éthologique des animaux d’élevage: Autour des films tournés en élevage par les étudiantes de Jocelyne Porcher, nous tenterons un exercice d’éthologie des vaches et des cochons, de construire des éthogrammes, de s’exercer à voir ce qui n’est pas normalement perçu et d’explorer collectivement les interprétations


Vendredi 9 juillet
Matin:
Georges CHAPOUTHIER, Vinciane DESPRET, Bernard HUBERT, Raphaël LARRÈRE & Isabelle STENGERS: Conclusions des travaux par le comité scientifique

Après-midi:
DÉPARTS

02 mars, 2010

Revue du centre Bentham

Le nouveau numéro de la revue du centre Bentham vient de paraître; à consulter sur le site:
Dossier: Autour d'un inédit de J. Bentham sur les "Délits Religieux"
- Introduction: "Utility, Truth and Atheism", James E. Crimmins, Huron University College, The University of Western Ontario
- "Un manuscrit inédit de Bentham en français: les Délits religieux", Emmanuelle de Champs, Université Paris 8 et Centre Bentham
- "Délits religieux", texte inédit de Jeremy Bentham
- "'Utility of Religion a subject little as yet examined': a Survey of Bentham's writings on the utility of religion", Catherine Fuller, Bentham Project, University College London

Varia
- "Jeremy Bentham et la réforme des prisons au Brésil: l'expérience de la Maison de Correction de la Cour", Icléia Thiesen, Université fédérale de l'Etat de Rio de Janeiro

Compte-rendus de lecture
- Sauver une vie, Peter Singer, 2009 (par Emile Dardenne, Rennes II et Centre Bentham)
- The Orders of Gothic: Foucault, Lacan and the Subject of Gothic Writing, 1764-1820, Dale Towshend, 2007 (par Claire Wrobel, Université Paris Ouest et Centre Bentham)