19 août, 2008

Départ pour la Finlande



Je pars jeudi 21 août en Finlande. Au programme: Helsinski, Tampere, et Jämsä. Je vais suivre des cours de français, d'anglais, chimie avec Hélina, Minna !

14 août, 2008

Le bien-être animal

Pour protéger les animaux d'élevage de toute cruauté, il faudrait être capable d'établir une mesure du bien-être. La difficulté est de parvenir à évaluer scientifiquement toute forme de stress, tout problème d'adaptation. Florence Burgat et Robert Dantzer constatent une absence d'études scientifiques en ce domaine.Il est toutefois évident qu'un animal, au même titre qu'un être humain, a besoin de nourriture, d'eau, d'un lieu approprié (pour reposer ses pattes par exemple) . Il doit également se sentir en "sécurité" sans quoi des pathologies apparaissent.
La Commission Européenne a interdit l'élevage du veau en batterie en 2007 !


A lire absolument: Les animaux d'élevage ont-ils droit au bien-être ? INRA, 2001, notamment l'article de F. Burgat, "les revendications des associations de protection des animaux d'élevage" , "comment les recherches sur le bien-être animal sont-elles construites" de F. Dantzer, "l'utilitarisme, les droits et le bien-être animal" de J.Y Goffi.

12 août, 2008

Projet recherche !

L'INRA, vient d'inaugurer à Tours, un centre de détection des maladies infectieuses chez les animaux d'élevage. Toute la question est de savoir si les conditions de bien-être des animaux seront respectées ! Ils rentreront dans ce centre pour ne plus jamais en ressortir !

"L’INRA inaugure une animalerie protégée pour l’étude des maladies à prions et des maladies émergentes chez les gros animaux
Le 8 juillet 2008, Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Marion Guillou, présidente de l’INRA, ont inauguré sur le site INRA de Tours une animalerie unique en France pour l’étude des maladies à prions et des maladies émergentes, en présence de François Bonneau, président du Conseil régional du Centre et Dominique Lachaud, Conseiller général d’Indre-et-Loire. Dans un contexte où les maladies infectieuses animales constituent une menace majeure pour la santé publique en Europe, ce projet d'envergure européenne permettra de développer les recherches pour contrôler les maladies infectieuses animales, les maladies émergentes, les zoonoses, maladies transmissibles à l’homme."

La libération animale


Je viens de terminer un texte de 13 pages sur l'éthique animale. Ensuite, il faut le faire relire. En voici un extrait:


"L’idée d’une libération de l’animal constitue sans aucun doute une avancée dans la prise en considération des intérêts et de la souffrance de cet individu. La tradition utilitariste inaugurée notamment par Bentham au XVIIIe siècle est sensible, du fait des fondements matérialistes de sa philosophie, aux sensations éprouvées par le corps. Peter Singer, dans son célèbre « la libération animale » en 1975 apparaît d’emblée comme un militant actif dans la reconnaissance des animaux.
A titre de remarque, l’auteur insiste sur la distinction entre l’amour et l’intérêt que l’on porte aux animaux. « Défendre » l’intérêt d’un animal consiste à le considérer comme un individu digne de notre respect. Ainsi, la considération morale à l’égard de l’animal repose sur la critique de toute forme de discrimination à son encontre c’est-à-dire par le rejet de tout « spécisme ». Cette attitude consiste à préférer défendre les intérêts de sa propre espèce que ceux d’une autre espèce: l’homme, en raison de sa supériorité, exerce une domination sur l’espèce animale, et ne cesse en conséquence de l’exploiter. Il existe donc une analogie entre le combat des féministes, le combat des noirs et la lutte pour la libération de l’animal. La préférence pour notre propre espèce est donc explicitement une forme de « sexisme ».
Le philosophe et juriste Bentham (1748-1832) accorde précisément une considération à l’animal du seul fait qu’il éprouve du plaisir et de la douleur. Citons longuement les principes de la morale et de la législation:


"Le jour viendra peut-être où le reste de la création animale acquerra ces droits qui n’auraient jamais pu être refusés à ses membres autrement que par la main de la tyrannie. Les français ont déjà découvert que la noirceur de la peau n’est en rien une raison pour qu’un être humain soit abandonné sans recours au caprice d’un bourreau. On reconnaîtra peut-être un jour que le nombre de pattes, la pilosité de la peau, ou la façon dont se termine le sacrum sont des raisons également insuffisantes pour abandonner un être sensible à ce même sort. Et quel autre critère devrait marquer la ligne infranchissable ? Est-ce la faculté de raisonner, ou peut-être celle de discourir ? Mais un cheval ou un chien adultes sont des animaux incomparablement plus rationnels, et aussi plus causants, qu’un enfant d’un jour, ou d’une semaine, ou même d’un mois. Mais s’ils ne l’étaient pas, qu’est-ce que cela changerait ? La question n’est pas: peuvent-ils raisonner ? Ni :peuvent-ils parler ? Mais:peuvent-ils souffrir ? ».

03 août, 2008

la poterie, la lavande, la nature !

A moins de 3h de la maison, nous nous rendons à Sigottier, commune d'Aspremont, pays du Buëch. Là nous nous installons dans une ferme rénovée, en pierre, avec des poutres suspendues au plafond, où travaille un potier talentueux, Michel Cohen.




Nous avons pu ainsi admirer la technique du RAKU, inventée par Chojiro Raku au XVIe siècle au Japon: la poterie est cuite à une basse température (750 à 980°) puis enfumée dans la paille ou la sciure. La matière se transforme, et par un procédé chimique naturel, fixe ses propres marques noires ! Le potier en question a fabriqué lui-même son propre four (assez petit).





A titre de comparaison, la cuisson de la terre cuite (grès) exige une haute température (1200 à 1350°).






Evidemment, nous avons respiré l'air de la lavande, et avons fait de petites marches. Mais le Devoluy nous attendait; on y respire bien ! Bill l'épagneul a refusé de se rendre au massif de l'Obiou; tant pis !


Mais nous avons quand même vu des animaux enfermés dans de petites cages... Pourtant, la liberté est précieuse pour les vivants...
voir article "Raku" dans l'encyclopédie