27 juin, 2017

La philosophie est-elle un jeu ?

  En parcourant le livre de mon maître Gérard Lebrun - "Gérard Lebrun philosophe" - j'ai souri sans être une spécialiste de Hegel et de Kant ! GL affirme qu'il a longtemps étudié des "auteurs qui n'étaient pas son genre !" Il parlait souvent de cette manière- là, ce grand comédien, qui par son génie, avait fait de la philosophie un jeu !Il ne cessait de faire des blagues ! J'ai tellement de souvenirs! 
 Nous êtions ses proches  - André double formation en math/ philo et moi-même - dans les années 1987-1992 ! Le 5 janvier 2000, j'allais annoncer ma soutenance de thèse à GL et appris sa mort en décembre 99. C'était le drame; j'étais restée très longtemps avec mon pote André au téléphone ! Nous allions souvent au restaurant le mercredi soir après les cours et on parlait de politique, d'éducation: la maître se disait "Conservateur" mais il était au-delà de ces catégories; ses amis brésiliens voient en lui un anarchiste !
Il nous considérait André et moi-même comme des "outsider" en philosophie mais des individus très intéressants et très forts; on avait obtenu tous les deux une "bourse de mérite" après notre maîtrise de philosophie ! Mon pote André était un fainéant doué: "20" en math, "17" en SVT et un petit 6 en philo...G Lebrun lui avait conseillé de passer l'agrégation de math (réussi avec succès deux ans après) et moi de partir à Paris pour le concours ! Le maître n'avait cessé de m'encourager pour ce concours - et quand je lui remettais mes explications de textes,- il trouvait cela très bon; sauf que ce concours est très complexe ! Mais je me faisais traiter "d'imbécile" quand je rentrais de mes cours d'aïkido et André de "gros fainéant" quand il tardait sur son sujet "les analogies de l'expérience"; mais d'un maître on accepte tout !
  Et puis, ce fut le drame en 1987; la mort de son fils; je faisais ma maîtrise. J'avais pris mon courage à deux mains et je m'étais rendue à son hôtel pour lui parler...Ce fut dur. 
 Et puis ce grave accident (AVC) en 1989. Je m'étais rendue à l'hôpital Saint-Anne à Paris. Sa sœur adorée, Danièle Lebrun se trouvait là. Elle s'inquiéta de ma venue: "vous êtes normalienne, agrégée?" et ma réponse fut "non, madame, une de ses étudiantes préférées !" - "j'ai peur qu'il ne vous reconnaisse pas.." - "Ne vous inquiétez pas ! "Et ce fut un grand sourire. Ensuite sa sœur me raccompagna à proximité du métro et me dit "j'ai peur que ce soit grave" - "Non, tout va bien se passer, son regard est lumineux et ses étudiants le porteront, juste du repos, beaucoup de repos car il ne se ménage jamais !"
 Et ce fut vrai ! On passait Pascal, André, JP et moi-même et on était content de voir qu'il allait mieux, que ses étudiants le portaient !
  Sans lui, le milieu philosophique me paraîtrait triste; en cela, je ne me sens pas "philosophe" et d'ailleurs ceux que j'admire - Hume et Wittgenstein" - avaient d'autres richesses en eux ! D'où l'ennui mortel au lycée !

26 juin, 2017

Ecrire en montagne !

Voilà les vacances à la montagne approchent et j'ai commencé le livre sur le fait d'être végan au quotidien aujourd'hui. Je dois surtout rassembler des données sur l'alimentation "équilibrée" et bien-sûr elles ne convergent pas ! Il va falloir consulter attentivement le PNNS (programme national nutrition santé) !
 J'échange donc mon appartement à partir du 13 juillet avec des retraités (sur le site Guest to Guest) et je vais donc m'installer à partir du 13 juillet aux "Contamines-Montjoie" face aux montagnes. A 33 ans, lors d'une ascension aux dômes des Miages, près du refuge du tré la trête, j'avais failli mourir parce que je manquais d'air et depuis (c'est de l'ordre du miracle et du contrôle de soi),  je maîtrise mon souffle par la course et les séjours en montagne; mais comme je dois écrire un livre et travailler l'introduction des articles de mes 4 camarades, je ne dépasserai pas les 3000m avec ma jeune chienne!  
J'aimerais - je m'en souviens encore - avoir la même forme qu'un ancien guide de montagne  qui à 80 ans faisaient des promenades à 3000 m d'altitude !
 Ensuite, j'ai un autre échange avec une famille et à partir du 5 août pendant 10 jours, je vais à Gap, et j'espère terminer le bouquin...
 Et petit hommage à Mallarmé (mort d'un spasme du larynx); en relisant Le souffle coupé, respirer et écrire de F-Bernard Michel:

"Mallarmé est mort de ne plus pouvoir parler, il est mort muet."




22 juin, 2017

Ne pas aller trop vite !

Aujourd'hui, j'avais RV avec une consultante pour envisager des plans de carrière dans deux domaines principaux - l'édition et l'éducation - et ce fut salutaire. Il est en effet nécessaire de prendre le temps et ne pas se précipiter dans des projets comme je pensais le faire ! Ce fut vraiment essentiel et je dois vraiment changer de stratégie ! La consultante me disait "ne brûlez pas les étapes !"; donc je vais prendre le temps  de faire une enquête sur les maisons d'édition et les centres de formation pour les jeunes en situation de décrochage...Effectivement, je sais que je vais souvent trop vite - au bac, je ne restais que deux heures lors des épreuves; j'ai écrit des articles et des livres très rapidement; et j'ai toujours gravi les montagnes très vite ! Descartes, lui avait peur de ne pas terminer ses livres...
 Je suis revenue sur ma dernière phrase lors de mon entretien pour le poste de responsable en milieu pénitentiaire - "je ne voulais pas m'engager pour trois ans mais juste un an de quoi faire mes preuves !" Et donc,  "vous êtes passée pour quelqu'un d'incertain, en proie au doute...Vous ne pouviez susciter la confiance et sachez que l'on ne se fie qu'à des impressions ." Tout est dit !
 C'est sûr qu'il y a un désir de se dépasser; et surtout ne pas s'enfermer dans la prison de mon lycée où je meurs...

 Heureusement, j'ai un livre à écrire avec une équipe et d'autres projets pédagogiques je l'espère !


21 juin, 2017

Gérard Lebrun, philosophe

J'ai reçu il y a quelques jours le livre consacré à Gérard Lebrun "Gérard Lebrun, philosophe" des éditions "Beauchesne": je ferai une recension de ce livre dès septembre 2017; des universitaires français et espagnols lui rendent hommage. C'est un immense historien, un homme exceptionnel; c'est un legs qu'il nous laisse...Un art de lire les textes. J'ai plein d'anecdotes à raconter, des discussions politiques ! Mais cela reste le domaine privé - la mort de son fils, de Foucault et l'immense chagrin de mon prof; l'accident qui le conduisit à l'hôpital à Paris  et ma visite à Sainte-Anne, ma rencontre avec sa sœur l'actrice Danièle Lebrun ; sa sévérité à mon égard lorsque je rentrais de mes cours de sabre et d'aïkido au lieu de travailler l'agrégation 12 h par jour à Aix-en-Provence! Des souvenirs profonds !

"C'est là le legs d'un philosophe et non pas seulement d'un des plus grands historiens de la philosophie: proposer d'autres chemins, ouvrir d'autres voies, délivrer d'autres possibles." (P 60)

L'erreur est dans la vie ou le chromosome !

Le texte donné en TS au bac de philosophie est vraiment très complexe: il s'agit de s'interroger sur le statut de l'erreur en biologie et par analogie de montrer que la vie peut se comprendre à partir de cette évidence. De là, l'idée de discontinuité au sein des sciences ! J'ai bien discuté de ce texte avec mes deux collègues de SVT; la réflexion est pertinente et la critique aussi. Il reste à savoir comment nous pourrions intégrer un cours sur le vivant avec Canguilhem; un auteur qu'un grand historien de la philosophie avait lu, Gérard Lebrun, mon maître dans l'art de lire.

"la limite, la vie, c’est ce qui est capable d’erreur. Et c'est peut-être à cette donnée ou plutôt à cette éventualité fondamentale qu’il faut demander compte du fait que la question de I’anomalie traverse de part en part toute la biologie. À elle aussi qu'il faut demander compte des mutations et des processus évolutifs qu’elle induit. À elle qu’il faut demander compte de cette mutation singulière, de cette « erreur héréditaire », qui fait que la vie a abouti avec I’homme à un vivant qui ne se trouve jamais tout à fait à sa place, à un vivant voué à « errer » et destiné finalement a I’« erreur ». Et si on admet que le concept, c’est la réponse que la vie elle-même donne à cet aléa, il faut convenir que I’erreur est à la racine de ce qui fait la pensée humaine et son histoire. L'opposition du vrai et du faux, les valeurs qu'on prête à l’un et à I’autre, les effets de pouvoir que les différentes sociétés et les différentes institutions lient à ce partage, tout cela même n’est peut-être que la réponse la plus tardive à cette possibilité d’erreur intrinsèque[1] à la vie. Si I'histoire des sciences est discontinue, c’est-à-dire si on ne peut l’analyser que comme une série de « corrections », comme une distribution nouvelle du vrai et du faux qui ne libère jamais enfin et pour toujours la vérité, c’est que, Ià encore, l’« erreur » constitue non pas I’oubli ou le retard d'une vérité, mais la dimension propre à la vie des hommes et au temps de l’espèce."

FOUCAULT, Dits et Écrits (1978)


[1] Intrinsèque : qui provient de la vie elle-même.

15 juin, 2017

Neutraliser: le principe de l'aïkido !

C'est un principe fondamental en aïkido: neutraliser toute forme d'agressivité en soi; c'est un véritable travail. Car, on se montre violent à l'égard de ce que l'on ne comprend pas.

http://www.usvaikido.fr/l-aikido



En philosophie, il existe deux philosophes qui remettent en cause l'esprit des Lumières: Rousseau et Hume (Ecosse). Le premier - Rousseau - est disons assez solitaire et paranoïaque: il trouve le moyen de se disputer avec Hume alors que celui-ci lui vient en aide. En revanche, Hume, mon philosophe préféré, est une "bonne nature". Dans sa correspondance, il affirme être entouré d'amis...Pourtant, il subira la trahison d'un "ami" Adam Smith. Mais sans doute, Hume ne cesse de parvenir à un état de "passions calmes"; une sorte de régulation des passions violentes. De ce fait, rien ne saurait atteindre son calme intérieur.
Et pour ceux qui accusent les autres de ne pas se plier à leur idéal par désir de domination, c'est une leçon à retenir (esthétique, moral...). Ce n'est pas aimé; c'est finalement reprocher à l'autre ses propres faiblesses; et l'expérience - si chère à Hume -  peut nous permettre, si l'on parvient à chasser ses propres démons, d'aller à la rencontre de l'autre.
Une petite plaisanterie: un membre très proche de ma famille, était il y a quelques années sous -préfet: alors que je contemplais un thermomètre datant de l'époque de Pascal, il me parlait sans tenir compte de ce que je lui disais, de la venue de De Gaulle dans cette "maison" de l'Etat. Pour moi, c'est souvent cela un homme. Et c'est pourquoi, je préfère contempler , parcourir les montagnes...Un homme devrait venir - non avec ses problèmes, ses blessures - mais avec ce qu'il a à donner... Sinon, il s'expose à une vie de misère; et nous n'avons qu'une vie à savourer !
  Et je serai dès le 13 juillet face aux Dômes des Miages !

Bac Philosophie TL

Ce matin, je me suis rendue au lycée avec Litchi la labrador encourager mes élèves de TL. Cela m'a fait sourire de voir le texte de Rousseau; j'espère que mes élèves vont mettre à profit leurs cours sur la technique et la culture. Pour le 1er sujet, je pense qu'ils devraient faire aussi quelque chose avec la réflexion sur la science et l'art (en fin d'année). Il va falloir que j'en parle à ma nièce Héloïse à Clermont-Ferrand qui a traité le sujet 1 et qui semble très heureuse ! Elle est admise à la prépa d'audio-visuel du lycée Blaise Pascal et elle rêve de devenir reporter animalier !



Sujet 1 : Suffit-il d'observer pour connaître ?
Sujet 2 : Tout ce que j'ai le droit de faire est-il juste ?
Sujet 3 : Un Auteur célèbre*, calculant les biens et les maux de la vie humaine et comparant les deux sommes, a trouvé que la dernière surpassait l’autre de beaucoup et qu’à tout prendre la vie était pour l’homme un assez mauvais présent. Je ne suis point surpris de sa conclusion ; il a tiré tous ses raisonnements de la constitution de l’homme Civil : s’il fût remonté jusqu’à l’homme Naturel, on peut juger qu’il eût trouvé des résultats très différents, qu’il eût aperçu que l’homme n’a guère de maux que ceux qu’il s’est donnés lui-même, et que la Nature eût été justifiée. Ce n’est pas sans peine que nous sommes parvenus à nous rendre si malheureux. Quand d’un côté l’on considère les immenses travaux des hommes, tant de Sciences approfondies, tant d’arts inventés ; tant de forces employées ; des abîmes comblés, des montagnes rasées, des rochers brisés, des fleuves rendus navigables, des terres défrichées, des lacs creusés, des marais desséchés, des bâtiments énormes élevés sur la terre, la mer couverte de Vaisseaux et de Matelots ; et que de l’autre on recherche avec un peu de méditation les vrais avantages qui ont résulté de tout cela pour le bonheur de l’espèce humaine, on ne peut qu’être frappé de l’étonnante disproportion qui règne entre ces choses, et déplorer l’aveuglement de l’homme qui, pour nourrir son fol orgueil et je ne sais quelle vaine admiration de lui-même, le fait courir avec ardeur après toutes les misères dont il est susceptible et que la bienfaisante nature avait pris soin d’écarter de lui.
ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755.

12 juin, 2017

Interpréter les chansons des autres !

C'est toujours un travail d'interprétation que de chanter les chansons des autres. Mon prof de théâtre  (conservatoire de Rouen et d'Aix) disait que "Avec le temps" de Léo FERRE était écrit comme dans un souffle. C'est dans l'art que s'exprime souvent la vérité des choses et non dans la vie car le moi, paradoxalement,  n'est plus dans la représentation. Voici deux interprétations de F Lalanne et de B Lavilliers (je connais très bien depuis l'âge de 14 ans):

 https://www.youtube.com/watch?v=pxYFwoo8mJ0

https://www.youtube.com/watch?v=zzBisvzI0KA



10 juin, 2017

Bac philosophie: centres étrangers

Les élèves de TES dans les centres étrangers (Algérie, Tunisie, Grèce, Rome) ont réfléchi aux sujets suivants:
Sujet 1: Faut-il vouloir la vérité plus que tout?
Sujet 2: Accomplir son devoir, est-ce agir librement ?
Sujet 3: texte de JS Mill

Il s'agit de réfléchir dans le texte à la question du bonheur et du sens de la vie. L'auteur critique l'idéal stoïcien de non-attachement à la vie. Il ne s'agit pas non plus, pour reprendre l'utilitarisme de Bentham, de défendre uniquement l'idée de jouissance, de satisfaction. Celui qui veut être heureux  doit disposer en lui d'une "sympathie fraternelle pour les intérêts collectifs de l'humanité": c'est par l'intérêt porté aux choses - les choses de la nature, les œuvres d'art, les créations de la poésie - que nous nous accomplirons et non en restant ignorant et égoïste. Il est vrai que le fait de partager ce que nous aimons nous rend heureux et confiant en l'avenir - pour moi, ce sera l'amour de la philosophie, de la nature - la montagne et les animaux - et l'éducation !  Certes, nous pouvons choisir de ne pas être heureux; mais c'est dans le partage que nous trouverons "des sources inépuisables d'intérêt".
 Je donne une autre traduction de L'utilitarisme (Chap II, "Ce qu'est l'utilitarisme") que celle proposée au Bac:

" Pour ceux qui ne s’intéressent ni aux choses publiques ni au domaine privé, la vie est très peu excitante et, en tout cas, elle perd de sa valeur quand le temps approche où tous les intérêts égoïstes disparaissent avec la mort, alors que ceux qui laissent après eux des objets d’affection personnelle, spécialement ceux qui ont sympathisé avec les intérêts collectifs de l’humanité, conservent un intérêt aussi vif pour la vie à la veille de leur mort que quand ils étaient jeunes, vigoureux et en pleine santé. Juste après l’égoïsme, c’est le manque de culture qui fait qu’une vie ne satisfait pas quelqu’un. Un esprit cultivé – je ne parle pas de l’esprit d’un philosophe mais d’un esprit pour lequel les fontaines de la connaissance ont été ouvertes et à qui on a un peu appris à exercer ses facultés – trouve des sources inépuisables d’intérêt dans tout ce qui l’entoure, dans les objets de la nature, dans les œuvres d’art, dans les idées des poètes, dans les événements historiques, dans les routes empruntées hier et aujourd’hui par l’humanité et dans les perspectives d’avenir." 

07 juin, 2017

L'honneur et la sincérité !

J'ai commencé les arts martiaux à l'âge de 12 ans (Viet-vo-dao et surtout aïkido): pour me comprendre, pour saisir le sens de mes valeurs, il faut prendre en compte le sens de l'honneur et de la sincérité. Plus important que l'amour - dans une sorte de pyramide - , c'est le sens de l'honneur qui guide ma vie (bien-sûr, en tenant compte des limites du code de l'honneur chez le samouraï !!!). Je peux donc le dire en toute sincérité - c'est une condition nécessaire pour un "combat" honnête en aïkido -  je ne me venge jamais des mauvais coups - ceux que les hommes donnent par orgueil - et je ne trompe pas. A moi de trouver le métier qui va me convenir - dans l'humanitaire ou dans l'édition !

http://enkatsu.free.fr/weblog/index.php?2005/07/02/5-bushido

Un chemin de vie !

Il va bien falloir que je cesse de me tourmenter depuis le 27 avril: j'ai passé un entretien pour être responsable d'un centre pénitentiaire. Je pense avoir donné à la fin de l'entretien la réponse qu'il ne fallait pas. On me demandait si j'étais prête à m'engager pour trois ans (alors que je souhaitais obtenir ce poste)  - alors par bêtise ou par honnêteté, j'ai répondu que "j'attendais de faire mes preuves pendant un an" ! J'ai demandé à 6 amis de me donner leur avis et la meilleure réponse fut celle de ma collègue de philosophie de mon lycée: "Mais tu es nulle, ce n'est pas à toi de décider mais au jury" et une autre amie " Ah non, tu exprimes un doute !". Bon maintenant, l'affaire est close. Je sais pourquoi ce poste me fascinait; c'est permettre symboliquement une "libération" spirituelle  (prof de philosophie) !
 En tout cas, je cherche un chemin de vie; je ne veux absolument plus être prof dans mon lycée, question de vie ou de mort. La difficulté, c'est que je n'atteins jamais ce que je vise directement, mais de manière secondaire (les "effets secondaires", Jon Elster): je veux tel poste, je ne l'obtiens pas; j'obtiens un contrat d'édition vraiment très bien sans le demander ...

 Car si je connaissais clairement, je n'aurais pas de peine à délibérer...



05 juin, 2017

Prix inter: "Règne animal !

Le prix Inter a été attribué à J. B- Del Amo, pour le règne animal:

https://www.franceinter.fr/culture/regne-animal-de-jean-baptiste-del-amo-remporte-le-prix-du-livre-inter-2017


Un autre auteur qu'une amie m'a fait découvrir en avril 2017: " Défaite des maîtres et possesseurs" de Vincent Message; prodigieux !

"Iris n’a pas de papiers. Hospitalisée après un accident de voiture, elle attend pour être opérée que Malo Claeys, avec qui elle habite, trouve un moyen de régulariser sa situation. Mais comment la tirer de ce piège alors que la vie qu’ils mènent ensemble est interdite, et qu’ils n’ont été protégés jusque-là que par la clandestinité ?

C’est notre monde, à quelques détails près. Et celui-ci notamment : nous n’y sommes plus les maîtres et possesseurs de la nature. Il y a de nouveaux venus, qui nous ont privés de notre domination sur le vivant et nous font connaître le sort que nous réservions auparavant aux animaux.
Plongeant dans un des enfers invisibles de notre modernité, retraçant l’histoire d’un amour difficile, Défaite des maîtres et possesseurs nous entraîne dans une fable puissante où s’entrechoquent les devenirs possibles de notre monde.

Vincent Message est né en 1983. Son roman Les Veilleurs, paru au Seuil en 2009, a connu un large succès critique et public."


Les cinq commandements pour réussir une dissertation de philosophie

Voici les conseils ou plutôt les cinq commandements pour ne pas rater sa dissertation de philosophie: Thibaut de notre groupe de philosophie de FB présente le problème de manière ironique. Cela tombe bien, ce sont les révisions demain au lycée:

https://www.youtube.com/watch?v=pwvJdaJRZ5Q&feature=youtu.be

31 mai, 2017

Le véganisme !

Excellente nouvelle: l'éditrice des éditions Hachette vient de conclure le contrat ce lundi avec mon équipe et moi-même ! Cet ouvrage s'adresse à des lycéens dans le but de les instruire du mouvement végan et de ses implications; j'ai la partie pratique à écrire et j'espère faire quelque chose de drôle sur les carences notamment la vitamine B12 et la vitamine D! Aujourd'hui, nous avons cherché l'image de couverture; c'est tout un art (mais dans le domaine de l'édition, il existe des spécialistes dans ce domaine). Mes 4 camarades doivent rédiger la partie théorique. Et leur confiance dans le projet me donne des ailes. Nous nous connaissons depuis longtemps: ce sont des personnes très motivées et très originales dans leur domaine.
 J'ai décidé de m'y mettre maintenant (2 h par jour et de la course à pied pour 120 pages mais des documents à réunir, des illustrations amusantes à trouver ), de trouver un rythme, un ton et ensuite, seule avec Litchi la labrador, face à la montagne, j'écrirai de manière détendue cet été:  de la randonnée, de la course à pied: c'est la même logique, plus on court, plus on éprouve du plaisir et du bonheur dans l'effort. Je n'aime pas l'esprit de compétition mais j'aime le défi. Si nous parvenons à écrire de manière nuancée et plaisante, nous aurons la joie de faire apprécier notre ouvrage collectif en janvier 2018 ! 
 Ma camarade Samia de l'association végétarienne de France vient de me transmettre les résultats du Trail de ce vendredi: l'équipe végétarienne a couru 19h dans les collines pour 80km et beaucoup de coureurs avaient adopté le régime "crudivore" et "frugivore"; et là, je viens de découvrir dans la revue "Joggeur" les fameux jus de fruit avec betteraves et carottes !  J'espère gravir des sommets !

28 mai, 2017

La puissance de l'amour

Pour Elle, la puissance de l'amour; à ma mère. Puisse atteindre les sommets et retrouver cette énergie en moi.


18 mai, 2017

Akira Mizubayashi

Grand écrivain et grand amoureux de la langue française; il enseigne au Japon et en France. Deux ouvrages sont à lire: "Mélodie" et "une langue venue d'ailleurs". Il a conservé son accent du Sud de la France, s'est marié avec une française. Une homme d'une grande richesse. Et Mozart, j'adore:

https://www.rts.ch/play/radio/caracteres/audio/akira-mizubayashi-un-amour-de-mille-ans?id=8581649
http://www.la-croix.com/Archives/2013-03-28/Le-maitre-et-Melodie.-Melodie-chronique-d-une-passion-d-Akira-Mizubayashi.-Gallimard-L-un-et-l-autre-268-p.-19-50-2013-03-28-926486


17 mai, 2017

Mythologie égyptienne: le jugement d'Osiris !

Demain, en classe-relais, je vais attaquer la question de la croyance dans la vie éternelle chez les égyptiens; notamment "le jugement des morts" ou d'Osiris. J'ai toujours rencontré des gamins fascinés par la mythologie; les Dieux et leurs exploits.
 Réunion hier avec l'assistant pédagogique , le service civique: je crois avoir apporté un climat de non-violence cette année - cela s'explique par ma formation en aïkido et par mon rejet des conflits-; mais il faut toujours une présence d'esprit !

"Wikidia":


   

"Selon les croyances des Égyptiens, le jugement du mort par Osiris est l'étape indispensable entre la vie terrestre et la vie éternelle. Sa représentation figure sur de nombreux papyrus qui étaient placés dans le sarcophage où se trouvait la momie.

Le jugement d'un mort par le tribunal d'Osiris
Les Égyptiens croyaient qu'après la mort terrestre, l'âme du mort survivait éternellement. Pour mériter cette vie immortelle, il fallait passer avec succès l'épreuve du jugement de l'âme devant le tribunal d'Osiris. Pour convaincre les juges qui assistaient Osiris, il fallait prouver que l'on n'avait pas commis d'actions mauvaises pendant sa vie terrestre. Les livres des morts qui étaient placés dans les sarcophages auprès de la momie du défunt, contenaient les prières qu'il fallait réciter.
Le mort, avec une robe blanche, est introduit par Anubis au tribunal présidé par Osiris. On pèse les bonnes et les mauvaises actions terrestres à l'aide d'une balance : sur l'un des plateaux de la balance, on place le cœur du mort et sur l'autre plateau, est mise la plume de Maât, la justice. Le dieu Thot prend note du résultat de la pesée. Pour avoir un verdict favorable, il faut que le plateau avec l'âme soit en équilibre avec que celui à la plume (la Vérité). Un monstre (lion-hippopotame-chacal-crocodile, animaux que redoutaient les Égyptiens) dévorait le défunt si le résultat lui est défavorable. Si le résultat est favorable, le mort est présenté à Osiris qui l'acceptera dans le paradis.

égyptien Nephtys.


15 mai, 2017

L'idée de nature

A mon sens, l'idée de nature est sans doute en philosophie une notion très complexe: nous avons tendance à faire usage de cette notion pour justifier des pratiques: ainsi, il serait naturel de manger de la viande...Mais de dire par exemple que la violence est naturelle aux hommes, cela n'implique nullement d'en faire une valeur. Ce serait tout simplement passer d'un fait  (être) à une norme (devoir) comme l'affirme avec raison Hume.
Voici un extrait du Traité de la Nature humaine, III, I, II (P70, 71) sur lequel nous reviendrons:

 "Mais, en second lieu, dans le cas où l'on demanderait s'il nous faut chercher ces principes dans la nature ou si nous devons leur chercher une autre origine, je répliquerais que notre réponse à cette question dépend de la définition du mot nature et qu'il n'y pas de mot plus équivoque et ambigu. Si l'on oppose la nature aux miracles, non seulement la distinction entre le vice et la vertu est naturelle, mais aussi chaque événement qui a jamais eu lieu dans le monde, à l'exception de ces miracles sur lesquels notre religion se fonde. En disant dès lors que les sentiments du vice et de la vertu sont naturels en ce sens, nous ne faisons pas une découverte bien extraordinaire.
  Mais la nature peut aussi être opposée au rare et à l'inhabituel et, en ce sens courant du mot, des discussions peuvent fréquemment surgir quant à ce qui est naturel et à ce qui ne l'est pas, et l'on peut affirmer d'une manière générale que nous ne sommes pas en possession de quelque critère très précis qui nous permette de clore ces débats. Le fréquent et le rare dépendent du nombre d'exemples que nous avons observés et, comme ce nombre est susceptible d'augmenter ou de diminuer par degrés, il sera impossible de déterminer des frontières exactes entre ces deux notions. Nous pouvons seulement affirmer sur ce chapitre que, s'il y eût jamais quelque chose qui puisse être appelé naturel en ce sens, assurément les sentiments de la moralité le peuvent, puisqu'il n'y a jamais eu une nation du monde, ni une seule personne en aucune nation qui en fût absolument privée et qui ne montrât jamais, en aucun cas, la moindre approbation ou le moindre rejet de certaines mœurs. Ces sentiments sont enracinés dans notre constitution et dans notre disposition au point qu'il est impossible de les arracher et de les détruire, sauf si la maladie ou la folie bouleversent entièrement l'esprit.
  Mais la nature peut également être opposée à l'artifice, aussi bien qu'à ce qui est rare et inhabituel ; et en ce sens, on peut discuter pour savoir si les notions de la vertu sont naturelles ou non. Nous oublions volontiers que les desseins, les projets et les manières de voir des hommes sont des principes aussi nécessaires dans leur façon d'opérer que le chaud et le froid, l'humide et le sec ; mais, les prenant pour libres et entièrement nôtres, il nous est habituel de les opposer aux autres principes de la nature. Par conséquent, si l'on demandait si le sens de la vertu est naturel ou artificiel, mon opinion est qu'il m'est en ce moment impossible de donner une réponse précise à cette question. Peut-être apparaîtra-t-il, par la suite, que notre sens de certaines vertus est artificiel et celui d'autres vertus, naturel. La discussion de cette question sera plus opportune quand nous en viendrons à examiner le détail précis de chaque vertu et de chaque vice particulier.
  En attendant, il ne peut être déplacé de remarquer, d'après ces définitions du naturel et du non-naturel, que rien ne peut être moins antiphilosophique que ces systèmes qui affirment que la vertu est identique à ce qui est naturel et le vice, à ce qui ne l'est pas. Car au premier sens du mot « nature », en tant qu'on l'oppose aux miracles, le vice et la vertu sont tous deux également naturels, et au deuxième sens, opposé à ce qui est inhabituel, il se peut que l'on découvre que la vertu est ce qu'il y a de moins naturel. Il faut au moins concéder que la vertu héroïque est aussi peu naturelle que la barbarie la plus cruelle, car elle est aussi inhabituelle. Pour ce qui est du troisième sens du mot, il est certain que le vice et la vertu sont tous deux également artificiels et différents de la nature. En effet, bien que l'on puisse discuter pour savoir si les idées du mérite ou du démérite qu'il y a dans certaines actions sont naturelles ou artificielles, il est évident que les actions elles-mêmes sont artificielles et accomplies avec un certain dessein et une certaine intention, sinon elles n'auraient jamais pu être rangées sous l'une ou l'autre de ces appellations. Il est donc impossible que les caractères de naturel ou de non-naturel puissent jamais, en quelque sens que ce soit, tracer les frontières entre le vice et la vertu."

13 mai, 2017

La chiropratique

J'ai connu l'enfer durant une semaine suite à une douleur dans les cervicales: on appelle cela "cervicalgie" ! Heureusement, en urgence ce jeudi, j'ai pu voir un chiropraticien; et là deux craquements pour remettre mes deux vertèbres dans le bon ordre. Le spécialiste s'occupe des sportifs du RCT (Rugby de Toulon). La douleur s'est atténuée, et il est évident que le bien-être du corps entraîne la bonne humeur... Voilà pourquoi, je ne peux plus me permettre d'être prof de lycée...Trop de copies et des douleurs intenses dans les cervicales; et ce d'autant plus que je dois rédiger pour la fin de l'été une partie pratique sur l'art d'être végan, l'introduction de la partie "éthique et philosophie" de mes 4 camarades !
 

Philosophie et femmes en Israël !

Le programme semble très intéressant en Israël: des femmes-philosophes sont invitées à parler ! Aller au bout de la nuit, jusqu'à la lune, telle est ma quête  !

  http://fr.timesofisrael.com/3e-nuit-de-la-philosophie-a-tel-aviv-autour-de-femmes-philosophes/