24 août, 2016

Le destin

"Faute d'une réaction, Antonin condamnait Lou à emprunter un autre chemin. Il avait refusé de déclarer son amour et privait lou de toute protection. Il était temps pour elle de commencer une nouvelle vie."

Contre le spécisme, place de la République

A découvrir, Chostakovitch la 8ème symphonie: ça va être énorme !
A partir de la 18ème mn:
 


23 août, 2016

22 août, 2016

Un nouveau départ !

- Dis donc le chat, cesse de te tourmenter. Trop de conscience morale tue la conscience. Le passé, c'est le passé !
 


21 août, 2016

J-6: journée contre le spécisme à Paris

Petit footing de 5km vers le Faron avec Litchi et maintenant petite rando au bord de la mer vers l'Argentière avec les girls;
 Je suis très en forme pour le 27 août à Paris; une amie d'adolescence de Normandie m'héberge chez sa fille à Paris:
 
 
 J'ai terminé chère mère un petit livre pour toi (un mois de souvenirs); je vais m'occuper de la couverture dès demain.
En attendant le moment opportun, le Kairos, vite, vite.
 
 


19 août, 2016

Le Dieu Kairos

Ajustons nos horloges dans la course au temps ! Le Dieu Kairos est avec nous:
 
 


18 août, 2016

La force de l'empathie

Il y a deux jours, j'avais croisé sur mon chemin un petit oiseau blessé, recroquevillé sur lui-même. J'avais décidé de le déposer sur un toit afin qu'il ne se fasse pas dévorer par les chiens ou les chats. Puis je suis revenue lui apporter de l'eau et de la nourriture. Je me disais...
 Le lendemain, le miracle tant attendu s'est produit: un oiseau d'une grande taille lui donnait la becquée. Ce matin, l'adulte avait déposé le petit sur un autre toit et restait près de lui. Puis ce soir, les deux oiseaux ont dévoré mes deux biscuits; le petit allait mieux. Et demain, le petit prendra son envol ! La force de l'empathie; celle qui permet à deux êtres vivants de s'aider et de se comprendre ! 


Se jeter à l'eau !

Petit footing avec Litchi à l'anse Méjean ce matin: elle sait se jeter à l'eau

https://www.runtastic.com/fr/utilisateurs/laurence-harang-2/activites-sportives/1355703402

 


17 août, 2016

Un acte d'amour suite

J'ai terminé mon petit livre: le héros du livre laisse partir sa mère pour qu'elle trouve la paix. Comme cela a été écrit au billet précédent, c'est un acte d'amour.
 L'intrigue est correcte, mais le récit reste descriptif. Je vais voir comment je peux corriger cet aspect.


Un acte d'amour

Je pense que laisser partir une personne quand elle le souhaite est un acte d'amour.
 De toute façon, on part quand on nous laisse partir. Telle est la leçon.


16 août, 2016

Because the night !

Je l'écoute depuis l'âge de 14 ans !
 C'est décidé, je regarde la carte de l'Auvergne pour partir. Si je pouvais faire ma rentée cette année dans un autre lycée, plus d'inquiétude.
http://www.lemonde.fr/culture/article/2016/04/17/patti-smith-evitez-tout-ce-qui-pourrait-faire-de-vous-des-esclaves_4903708_3246.html
 

13 août, 2016

Comprendre ! Antigone

"Comprendre... Vous n'avez que ce mot-là à la bouche, tous, depuis que je suis toute petite. Il fallait comprendre qu'on ne peut pas toucher à l'eau, à la belle eau fuyante et froide parce que cela mouille les dalles, à la terre parce que cela tache les robes. Il fallait comprendre qu'on ne doit pas manger tout à la fois, donner tout ce qu'on a dans ses poches au mendiant qu'on rencontre, courir, courir dans le vent jusqu'à ce qu'on tombe par terre et boire quand on a chaud et se baigner quand il est trop tôt ou trop tard, mais pas juste quand on en a envie ! Comprendre. Toujours comprendre. Moi, je ne veux pas comprendre. Je comprendrai quand je serai vieille [...]. Si je deviens vieille. Pas maintenant."
                                                                                            Antigone, Anouilh

Action pour la fin du spécisme à Paris

Notre action pour la fin du spécisme aura bien lieu à Paris le 27 août Place de la République. La marche a été annulée par la préfecture pour raison de sécurité. Mais nous continuerons à défendre nos convictions (discours, tracts, affiches) !
 En attendant, il faut écrire et c'est difficile ! Pour le moral, j'aimerais bien enseigner à Clermont-Ferrand et non dans mon lycée à Toulon ! Un signe pour le changement !
 

10 août, 2016

Jusqu'à ce que tu reviennes !

Très bel album d'Audrey Jougla qui chante en Asie - Azafran; et une très belle chanson "Jusqu'à ce que tu reviennes " Quant à moi, je mets le cap vers l'Auvergne dès le mois de mars si rien ne change !
 
"Je m'en vais, loin des tiens, des miens
Fureur, fureur, quand tu nous tiens,
Je te tire mon chapeau en fuyant au galop" (Azafran)
 
 


08 août, 2016

La vérité rien que la vérité !

Ma mère était hantée par un lourd secret d'enfance. Par une sorte de filiation, je l'étais aussi. J'ai essayé de comprendre à 16 ans et j'ai rencontré cette dame âgée. Plus tard, j'ai aussi proposé à ma mère de se rendre en Algérie; elle a refusé. Il y a deux ans à la clinique, j'ai eu un déclic. J'ai donc décidé d'appeler ce samedi cette dame. Et j'ai appris que ma mère avait téléphoné il y un an à cette dame. Ensuite, ce fut la dégringolade. Je vais rencontrer cette personne début septembre dans le Sud-ouest. Je veux enfin connaître la vérité pour ma mère, pour sa mémoire. Et l'aquarium ce samedi s'est éteint sans raison !

06 août, 2016

6 août: transfiguration

« Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l'écart sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Et voici, Moïse et Élie leur apparurent, s'entretenant avec lui. Pierre, prenant la parole, dit à Jésus : Seigneur, il est bon que nous soyons ici ; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles : celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection : écoutez-le ! Lorsqu'ils entendirent cette voix, les disciples tombèrent sur leur face, et furent saisis d'une grande frayeur. Mais Jésus, s'approchant, les toucha, et dit : Levez-vous, n'ayez pas peur ! Ils levèrent les yeux, et ne virent que Jésus seul. Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : ne parlez à personne de cette vision, jusqu'à ce que le Fils de l'homme soit ressuscité des morts. Les disciples lui firent cette question : pourquoi donc les scribes disent-ils qu'Élie doit venir premièrement ? Il répondit : il est vrai qu'Élie doit venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis qu'Élie est déjà venu, qu'ils ne l'ont pas reconnu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l'homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu'il leur parlait de Jean Baptiste. »
                                                                                                              MATTHIEU
 

05 août, 2016

Marche pour la fin du spécisme à Paris, Nice, Genève !

Je serai à Paris pour la marche contre le spécisme le 27 août : les organisateurs me font confiance. Je pourrai faire un discours Place de la République devant 400 personnes (avec deux autres militants); ce sera un grand hommage pour CELLE qui aimait tant les animaux.
 La semaine prochaine, je vais attaquer les moments douloureux de l'existence de ma mère... C'est vraiment dur d'écrire parfois mais ma mémoire est intacte. Le livre prend la forme d'une enquête policière. Un secret de  famille qui a hanté ma mère...
 Je reçois l'énergie du Chat. C'est salutaire.

 

04 août, 2016

Le Puy-de-dôme ?

Je vais me décider l'année prochaine vers mars 2017. Je veux quitter absolument mon lycée  et j'aimerais vivre en Auvergne, dans la région du Puy-de-Dôme, pas très loin de ma sœur et famille (de retour d'Inde en juin 2016). A Clermont-Ferrand, ce serait le top. Mon idéal serait de vivre au milieu des animaux, près des "petites" montagnes et de travailler dans un lycée à mi-temps. Mais je dois réfléchir encore quelques mois, comme le Dieu "Kairos", ma seule force.
 En attendant, je continue d'écrire quelques heures l'après-midi pour ma mère et je dois terminer le 25 août.
 
 


03 août, 2016

La plage, le sentiment d'exil et la perte !

Ils sont fous mes parents ! Ils quittent Alger en juin 62 avec leur fils et leur chienne ( 7 ans jeunes mariés là-bas)... C'est l'histoire de ma mère que je suis en train d'écrire l'après-midi. Je suis à Alger, au milieu des bombardements, de la plage, du sel. Une partie de moi-même est ailleurs mais je suis soulagée car il n'y a plus de souffrance; et ce terrible sentiment d'exil chère mère.
 
 Héloïse, ta petite-fille est "tombée" sur le texte de Camus en Avril en Inde; elle a fait un carton en Français (15 et 18) au Bac, et elle rentre en TL à Clermont-Ferrand au lycée Blaise Pascal (comme j'aimerais être en Auvergne !).
 J'ai terminé d'écrire ma nouvelle sur la "Trahison" (elle a été envoyée pour le prix); ce n'est pas une trahison mais une difficulté à communiquer. L'attitude d'Antonin est comme un "appel" vers Lou: il y a trois personnages, Lou, Antonin (mon prénom préféré) et la vieille dame hautaine, méprisante et mauvaise.
 Mais il faut écrire l'histoire de ta vie chère mère. Tu m'as fait savoir que j'étais sur la bonne voie...
 
 

"Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de

l’asile : « Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. » Cela ne veut rien dire.
C’était peut-être hier.
L’asile de vieillards est à Marengo, à quatre-vingts kilomètres d’Alger. Je prendrai l’autobus
à deux heures et j’arriverai dans l’après-midi. Ainsi, je pourrai veiller et je 5 rentrerai demain
soir. J’ai demandé deux jours de congé à mon patron et il ne pouvait pas me les refuser avec
une excuse pareille. Mais il n’avait pas l’air content. Je lui ai même dit : « Ce n’est pas de ma
faute. » Il n’a pas répondu. J’ai pensé alors que je n’aurais pas dû lui dire cela. En somme, je
n’avais pas à m’excuser. C’était plutôt à lui de me présenter ses condoléances. Mais il le fera
10 sans doute après-demain, quand il me verra en deuil. Pour le moment, c’est un peu comme si
maman n’était pas morte. Après l’enterrement, au contraire, ce sera une affaire classée et tout
aura revêtu une allure plus officielle."
                                                            L'étranger, CAMUS
                                                 Texte à l'oral, avril 2016, Héloïse